• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Relaxe après le suicide d'un pompier

A Pau, un pompier cadre du SDIS poursuivi pour "harcèlement" après un suicide a été relaxé.

Par HJ

Michel Tastet a été relaxé jeudi par le tribunal correctionnel de Pau. Ce responsable du Service départemental d'incendie et de secours était poursuivi pour harcèlement moral. Un de des subordonnés, Bernard Cazenave, agent administratif du SDIS des Pyrénées-Atlantiques, s'était suicidé en juin 2009 d'une balle dans la tête devant son bureau.

Le tribunal a reconnu que ce suicide est directement lié à la dégradation des conditions de travail. Mais il a estimé que le prévenu ne pouvait être tenu pour seul responsable.

Michel Tastet, responsable du service patrimoine, dont le comportement autoritaire au travail a été considéré par la famille de Bernard Cazenave comme étant à l'origine du suicide, était poursuivi pour "harcèlement moral" par sa veuve et ses deux enfants.

Lors de l'audience en correctionnelle, le 16 juin dernier, le ministère public avait requis six mois de prison avec sursis pour le prévenu au "comportement de petit chef". Il avait aussi relevé, plus largement, des "problèmes de cohérence de la chaîne de commandement" au sein du SDIS. Plusieurs témoins avaient rapporté des scènes montrant le comportement très autoritaire et le "manque de diplomatie" du prévenu tandis que d'autres avaient loué un "excellent professionnel". 

Son avocat, Me Jean-Pierre Casadebaig, a dit jeudi sa satisfaction après l'annonce de la relaxe de Michel Tastet. Il a estimé que seuls "des problèmes de management plus général" pouvaient être soulevés.

Sur le même sujet

Bientôt du houblon en Lot-et-Garonne ?

Les + Lus