• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Une LGV plus chère que prévue inquiète les élus

Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé que les projets non-engagés feront l'objet d'une estimation de leur pertinence

Par V BH

video title

video title

Les élus s'inquiètent d'un surcoût pour la LGV

La ministre des transports annonce que le projet va etre soumis à évaluation sur sa pertinence économique.

Ce lundi se tenait un comité territorial sur le tracé de la LGV entre Bordeaux et Toulouse. Certains élus s'inquiètent du surcoût du projet alors que Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé que les projets ferroviaires non-engagés allaient faire l'objet d'une mission indépendante pour estimer leur pertinence économique.


La LGV est prévue pour 2019 et 2020 entre Bordeaux et Toulouse. Le projet est estimé à 4.1 milliards d'euros, selon le ministère des transports. Les élus écologistes du conseil régional de Midi Pyrénées parlent eux d'une facture de 5.2 milliards ce qui fait craindre un manque de financement.

Dans le même temps, la ministre des transports, Nathalie Kociusko-Morizet a annoncé lors des assises du ferroviaires que les projets non engagés (c'est le cas de la LGV entre Bordeaux et Toulouse ainsi que du tracé de Bordeaux vers Hendaye et l'Espagne) seraient soumis à évaluation d'une commission indépendante pour évaluer leur pertinence économique.

>> Gilles Savary, conseiller général de Gironde PS et président de la commission sur le ferroviaire français, répondait aux questions de Sandrine Papin dans le Midi Pile Aquitaine du 20 décembre 2011.

Sur le même sujet

Bordeaux : circassiens et yamakasis sur les toits de l'Opéra

Les + Lus