Le désensablement du port de Capbreton à nouveau interrompu après un incident technique

Les opérations de désensablement du port de Capbreton dans les Landes sont une nouvelle fois interrompues. Une pièce indispensable au fonctionnement de la pompe de dragage est cassée, retardant une nouvelle fois ce chantier particulièrement attendu par les marins.
 

© Maria Laforcade / France 3 Aquitaine
C'est un nouveau coup d'arrêt pour le chantier de désensablement du port de Capbreton. Lancé le 13 mars, il a été suspendu après la mise en place du confinement sur le territoire national. Ce n'est que mercredi 1er avril que les opérations ont pu reprendre. 

Mais ce mardi, une pièce indispensable au fonctionnement de la pompe de dragage a lâché. La date de reprise est prévu au plus tard le 10 avril. 


Une opération très attendue

Le désensablement du chenal et de l'entrée du port de Capbreton est pourtant particulièrement attendu par ses usagers. A l'année, le port accueille près d'une vingtaine de bateaux de pêcheurs, ainsi que les embarcations de la SNSM. En été, les bateaux de plaisance se comptent par centaines.
 

"Ca devient très compliqué de rentrer à basse mer"
Patrick Courtiau, armateur et propriétaire de deux bateaux
 

L'ensablement de la zone d'accès au port est devenue particulièrement problématique pour tous. "Quand on arrive à Capbreton, la passe est complètement ensablée, assure Patrick Courtiau, armateur et propriétaire de deux bateaux. Il y a de moins en moins d'eau et dès qu'on dépasse un mètre cinquante de houle, ça devient très compliqué de rentrer à basse mer".


Des conditions qui obligent les marins à patienter plusieurs heures le temps que la mer monte, ou à s'amarrer dans le port de Saint-Jean-de-Luz ou de Bayonne. 
"Au-delà de la question du temps perdu, il y aussi celle de la sécurité, poursuit Patrick Courtiau. Il est grand temps de faire quelque chose". 
 

Plus de 20 000 mètres cubes de sable

Les opérations de désensablement étaient initialement prévues sur trois semaines. A ce jour, seules cinq journées de préparation des travaux ont pu avoir lieu.

Le sable, pompé dans le chenal est ensuite relâché sur la plage de Santocha. Au total, ce sont quelques 24 000 mètres cubes qui devront être récupérés. Le budget total des travaux s'élève à 700 000 euros, financés par la communauté de communes Maremne-Adour-Cotes sud. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ports économie transports transports maritimes
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter