Les automobilistes se sentent en insécurité sur les réseaux secondaires

© Google Street View
© Google Street View

Lers deux accidents mortels de la nuit dernière dans les Deux-Sèvres nous le rappellent : la circulation sur les petites routes reste dangereuse. Un sondage TNS Sofres indique que près de la moitié des conducteur se sent en insécurité sur le réseau secondaire.

Par Bernard Dussol

Les routes départementales ou nationales sont clairement les plus dangereuses pour les automobilistes qui indiquent (à 41%) se sentir en insécurité sur le réseau secondaire. En cause : le comportement des autres conducteurs, le manque d'entretien des infrastructures et la mauvaise signalisation des zones de danger.

Il faut dire que les départementales et nationales concentrent 64% du nombre de décès. Sur ces axes où se croisent poids-lourds et véhicules, les chocs frontaux créent des dégâts considérables et les limites de vitesse sont souvent dépassées. L'enquête TNS Sofres relève qu'un quart des conducteurs admet rouler à 120/130 Km/h là où la vitesse est limitée à 90 km/h.

Les chiffres sont terribles : en 2014, 2150 automobilistes ont perdu la vie sur les 390 000 km du réseau routier secondaire. Les conducteurs se méfient des autres et pointent du doigt le mauvais état de la chaussée ainsi que l'absence de signalisation efficace sur certaines zones connues pour leur dangerosité.

Dernier enseignement de cette enquête : les Français apprécient en revanche la sécurité offerte par la conduite sur autoroute : 87 % d'entre eux s'y sentent à l'abri d'un accident.

Enquête TNS Sofres pour Axa Prévention réalisée auprès d'un échantillon représentatif de 1543 automobilistes.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus