• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

LGV Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse : Un projet acté politiquement, mais pas encore financé

Un TGV arrivant en gare de Bordeaux Saint-Jean. (Photo d'illustration) / © LOIC VENANCE / AFP
Un TGV arrivant en gare de Bordeaux Saint-Jean. (Photo d'illustration) / © LOIC VENANCE / AFP

Le PDG de la SNCF, Guillaume Pepy était ce mardi à Bordeaux pour parler des grands chantiers en Nouvelle-Aquitaine. Il est notamment revenu sur les projets de LGV entre Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse.

Par YL avec AFP

Guillaume Pepy se trouvait ce mardi à Bordeaux, lors d'une visite consacré aux projets ferroviaires en Nouvelle-Aquitaine.
Alors que les essais de la ligne LGV Bordeaux-Tours, engagés depuis la fin de l'été, sont en cours, les travaux sont bien avancés et  la ligne devrait ouvrir devrait ouvrir le 2 juillet prochain.

Bordeaux ne sera alors plus qu’à 2H05 de Paris au lieu de 3H14 à l’heure actuelle.

Interrogé sur le projet controversé des LGV Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse, Guillaume Pepy a qualifié la déclaration d'utilité publique (DUP), prise par décret gouvernemental en juin, de "jalon très important".

La question "capitale, très délicate" reste pour lui celle du tour de table pour le financement.
"On a toujours dit (...) qu'on ne peut pas le financer par de la dette, dette du système ferroviaire, qui est aujourd'hui très largement au-dessus du supportable", a déclaré M. Peppy.

15 ans pour faire une ligne TGV


Interrogé sur le rapport d'un groupe de travail du Sénat, qui estimait en septembre que l'Etat devait "geler pendant une quinzaine d'années le financement des nouveaux projets" de LGV pour donner priorité à la modernisation du réseau, Guillaume Pepy a rappelé qu'"historiquement", c'est ce laps de temps requis pour faire une ligne TGV: "En gros, 4-5 ans d'étude, 4-5 ans de débat démocratique et de prise de décision, et 4-5 ans de travaux".

Il a estimé qu'aujourd'hui "on est quelque part entre les phases 1 et 2". Mais que "cela dépendra de la capacité à faire le tour de table financier", a-t-il dit.

 

Sur le même sujet

Retour sur le concert d'Ibrahim Maalouf au Surgères Brass Festival

Les + Lus