A Agen, une exposition unique retrace la vie des bagnards en Guyane française

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marc Taubert
durée de la vidéo: 01 min 35
A Agen, une exposition unique retrace la vie des bagnards en Guyane française ©France 3 Aquitaine

L'art est un puissant moyen de s'évader. Au XIXe siècle, en Guyane française, les bagnards de Cayenne l'ont expérimenté. Une cinquantaine de leurs peintures sont exposées à Agen. Dans un lieu symbolique : les locaux de l'ENAP, l'école nationale de l'administration pénitentiaire.

Le rouge et le blanc étaient les habits des bagnards. Les œuvres exposées sont en grande partie celles de quelques uns des 80.000 prisonniers condamnés aux travaux forcés à vie et déportés à 6.000 km de la métropole. Pourtant, certains s’arrangeaient pour s’évader, avec des pinceaux.

"Il y a deux évasions. Celle physique et celle par les mots, par la peinture, par le rêve ou par la prière ou par la rédemption. C’est une évasion spirituelle. Une évasion de l’âme. On peut continuer à s’évader tout en ayant des fers aux pieds", veut démontrer André Bendjebbar, historien.

Impossible sans la complicité des surveillants sensibles à l’art pictural, ces œuvres n’avaient jamais été exposées depuis le retour des derniers bagnards en 1952. L’exposition rend compte d’une infime partie de la vie des détenus et des surveillants militaires dans cet endroit surnommé « la guillotine sèche ».

Il aura fallu 20 ans de travail pour créer cette exposition riche en enseignement pour le personnel de l’administration pénitentiaire, mais aussi le public qui peut, sur rendez-vous, admirer les œuvres, jusqu’au 15 février.

Exposition à l'ENAP, jusqu'au 15 février :
Sur rendez-vous,
440, avenue Michel Serres
47916 Agen cedex 9
Tél. : 05 53 98 98 98