Les agriculteurs lot-et-garonnais irriguent leurs cultures malgré la sécheresse grâce au système Neste

Le système Neste est un ensemble de retenues d'eau placées dans les Pyrénées qui permettent l'irrigation des cultures en aval malgré les épisodes de sécheresse, comme dans cette exploitation de Lannes en Lot-et-Garonne / © B.P.Morin/F3Aquitaine
Le système Neste est un ensemble de retenues d'eau placées dans les Pyrénées qui permettent l'irrigation des cultures en aval malgré les épisodes de sécheresse, comme dans cette exploitation de Lannes en Lot-et-Garonne / © B.P.Morin/F3Aquitaine

Les anciens avaient vu juste. Dès les années 50 ils ont créé d'importantes réserves d'eau en amont des cours dans les Pyrénées. Afin de pouvoir assurer un minimum de débit dans les rivières, donner de l'eau potable et permettre l'irrigation. Ce réseau est un atout précieux les années de sécheresse. 

Par CA

Ce sont des réservoirs installés en haute montagne pour la plupart. Ils permettent de stocker les eaux de printemps, qui abondent avec la fonte des neiges, pour la période estivale.

L'eau est ensuite acheminée par gravité via le canal de la Neste et permet de réalimenter de nombreux cours d'eau en aval comme le montre cette carte
 
 

Atout précieux pour les agriculteurs

Le système Neste permet d'irriguer les cultures jusqu'en Lot-et-Garonne. Le département a ainsi pu diversifier ses productions en s'appuyant sur ces réserves indispensables à l'arboriculture et aux céréales notamment.

A Lannes, au sud-est du département, Philippe Badin explique que ces retenues permettent de "garder des exploitations à taille humaine, car ces cultures gourmandes en eau ont une meilleure rentabilité que les productions sèches". 

Il a besoin de 1700 m3 pour un hectare de maïs en une année normale, et 2600 en année sèche. S'il a trop soif, son plant produira des épis deux fois plus petits que la normale, voire rien du tout.
Des balises installées dans les cultures de maïs permettent de connaître précisément les besoins en eau des plants / © B.P.Morin/F3Aquitaine
Des balises installées dans les cultures de maïs permettent de connaître précisément les besoins en eau des plants / © B.P.Morin/F3Aquitaine


Lui a installé des balises au milieu de ses plants de maïs afin de connaître très précisément les besoins en eau. Les données recueillies sont ensuite analysées et servent à moduler le débit d'eau provenant des réserves.

Dans le département, les besoins en eau pour l'irrigation sont estimées à plus de 80 millions de mètres cube en moyenne par an, dont les deux-tiers sont utilisés pour les cultures céréalières.

Dans le reportage qui suit nous nous sommes rendus sur l'exploitation de Philippe Badin à Lannes :
 
Les agriculteurs lot-et-garonnais irriguent leurs cultures malgré la sécheresse grâce au système Neste
Les anciens avaient vu juste. Dès les années 50 ils ont créé d'importantes réserves d'eau en amont des cours dans les Pyrénées. Afin de pouvoir assurer un minimum de débit dans les rivières, donner de l'eau potable et permettre l'irrigation. Ce réseau est un atout précieux les années de sécheresse.  - M.E.Constans/B.P. Morin

Sur le même sujet

Des livreurs de Deliveroo relient Bordeaux à Paris pour dénoncer leurs conditions de travail

Les + Lus