Cet article date de plus de 3 ans

Il anticipe le changement climatique en plantant des arbres des pays chauds

André Tesson, agriculteur dans le marmandais, dans le Lot-et-Garonne, a décidé de s'adapter aux changements climatiques. Il a planté des arbres qui ne poussent que dans les pays chauds. Amandiers, pécaniers et pistachiers ... un pari réfléchi.
Si l'on en croit les prévisionnistes, les records de chaleur que nous connaîtrons dans 30 ans avoisineront les 50 degrés. 

La planète se réchauffe. André Tesson, en précurseur, a décidé de se lancer dans des productions qui, demain, pourraient très bien s'épanouir dans la région.

Après une année d'essai concluant, l'agriculteur vient de planter 15 hectares d'amandiers et de pécaniers. Plus un hectare de pistachier, pour voir.

Sur ses terres, il produit des prunes, des noisettes et des noix. Le mode de production est similaire et moins coûteux en eau. "Les noisetiers, pruniers et noyers consomment 2000 à 2500 m3 d'eau" explique t-il, "les amandiers et les pistachiers c'est 700 m3, donc on économise plus de la moitié".  

Avec des gelées de plus en plus rares en hiver et des sécheresses en été, ces arbres devraient s'adapter sans problème sur ses coteaux du marmandais. 

Ses plants, André Tesson est allé les chercher dans le sud de l'Espagne.

Il espère récolter ses premières amandes dans quatre ans et ses premières pistaches et noix de pécan dans sept ans. 

Le marché est porteur en France où 99% de ces fruits secs sont importés.

Regardez le reportage de Jean-Michel Daguenet et Benoît-Pierre Morin :

Climat : des pistaches, des amandes et des noix de pécan produites en Lot-et-Garonne

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie climat environnement société