• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Manifestation des agriculteurs : opération péage gratuit à Agen

Une dizaine de tracteurs étaient garés devant le péage de l'A62 à Agen ce mardi matin. / © France 3 Aquitaine/ Jean-Michel Daguenet
Une dizaine de tracteurs étaient garés devant le péage de l'A62 à Agen ce mardi matin. / © France 3 Aquitaine/ Jean-Michel Daguenet

Le monde paysan fait à son tour entendre sa colère contre un sentiment de dénigrement, des taxes jugés trop élevées et des revenus trop faibles...

 

Par A.L avec AFP

Les agriculteurs ont annoncé des actions menées dans l’ensemble du pays, indique l’AFP. Une date choisie volontairement pour ne pas faire doublon avec les « gilets jaunes », la marche pour le climat ou toutes autres manifestations ayant eu lieu ce week-end déjà bien chargé niveau revendication, afin d’éviter les amalgames.
 

Notre équipe était sur place : 

Les agriculteurs bloquent le péage d'Agen
 


Trop de taxes


En Lot-et-Garonne, la coordination rurale revendique notamment trop de taxes sur le gasoil professionnel, une augmentation du smic avec diminution des charges sociales et un allégement des charges occasionnelles.

Ce matin, une dizaine de tracteurs bloquaient le péage à Agen, rendant son accès gratuit pour les automobilistes.
 
Les agriculteurs ont bloqué le péage à Agen, le rendant gratuit pour les automobilistes ce mardi matin. / © France 3 Aquitaine/ Jean-Michel Daguenet
Les agriculteurs ont bloqué le péage à Agen, le rendant gratuit pour les automobilistes ce mardi matin. / © France 3 Aquitaine/ Jean-Michel Daguenet

A lire la tweet de la FNSEA du 7 décembre qui annonce les actions de ce mardi :


Malaise face à l’agri-bashing


Car au-delà de dénoncer les taxes, les agriculteurs se disent lassés par un sentiment plus général « d’agri-bashing », qui viserait à les dénigrer constamment et à les faire passer pour des pollueurs et des monstres, notamment en raison de l’usage de pesticide.

"L’agri-bashing vient en grande partie des ONG environnementales, mais aussi des décisions du gouvernement, comme la plateforme glyphosate", a ainsi dénoncé Philippe Pinta, président de l’AGPB.

Cette plateforme permet aux agriculteurs de déclarer qu’ils arrêtent l’utilisation de l’herbicide controversé de Mosanto, et de partager leurs expériences. 






 

Sur le même sujet

Gilets jaunes en Gironde : réactions aux annonces d'Emmanuel Macron

Les + Lus