Louis Dauny, 100 ans et toujours premier adjoint au maire de son village

Louis Dauny est adjoint au maire des Grands-Chézeaux, en Haute-Vienne, depuis 30 ans / © FTV
Louis Dauny est adjoint au maire des Grands-Chézeaux, en Haute-Vienne, depuis 30 ans / © FTV

Louis Dauny, né en 1919, soufflera dimanche les 100 bougies. Un siècle de vie et des années d'engagement au sein de l'équipe de la mairie des Grands-Chézeaux, en Haute-Vienne, où il est toujours premier adjoint. Mais il compte laisser sa place en 2020...
 

Par Emma Derome et Christophe Bodin

Les 100 bougies, c'est pour bientôt. Louis Dauny est né en octobre 1919. 

Un siècle de vie. Sur le carton d'invitation, il est dans sa tenue de foot, il avait 20 ans. Depuis, une vie d'homme s'est écoulé, le mariage, trois enfants, sept petits-enfants et huit arrières petits-enfants. Des années passées, comme si de rien n'était.

Je n'arrive pas à réaliser que j'ai 100 ans, j'ai beaucoup de chance d'être un peu près valide. Les temps changent. 
- Louis Dauny, premier adjoint au maire des Grands-Chézeaux

Louis est installé depuis l'enfance aux Grands-Chézeaux, son village de 250 habitants, au Nord de la Haute-Vienne, à la limite entre l’Indre et la Creuse. Après la guerre, en 1945, il s'est investi dans la vie de la commune. Il a été élu et réélu conseiller municipal au fil des élections, pendant 74 ans.
 
Louis, 100 ans et toujours adjoint au maire de son village
Equipe : Christophe Bodin, Jean-Marie Arnal, Nicolas Stil / Intervenants : Louis Dauny et Jacques Dufourd, maire de Grands-Chézeaux

Depuis 1989, il est premier adjoint aux côtés de Jacques Dufour, le maire.

On s'est jamais engueulé, jamais une discorde, c'est ce que je retiendrai de ce séjour à la mairie.
Jacques Dufour, maire des Grands-Chézeaux

Mais, pour les prochaines élections municipales en 2020, Louis a promis qu'il ne se représenterait pas sur la liste. "Ça ne serait pas raisonnable", tente-t-il d'expliquer, avant que le maire souffle : "C'est aussi ce que vous m'avez dit la dernière fois".

La dernière fois, j'ai été un peu contraint. Il y avait trop de candidats, alors il en fallait un de plus, et voilà on est reparti. Je ne regrette pas, mais cette fois, on arrête.

Après toutes ces années, Louis n'a jamais voulu prendre le fauteuil du maire. Pourtant, il le lui a été proposé.

Je n'ai jamais voulu être maire, parce que c'est trop de soucis.

Louis est un amoureux de son village, de sa foire du 1er mai. À présent, ce seront à d'autres de s'en occuper. Mais cet ancien chef d'entreprise ne compte pas vraiment s'arrêter. Il va continuer à rendre ses visites aux personnes seules. Il faut bien quelqu'un pour s'occuper des anciens...

Sur le même sujet

Changement d'heure

Les + Lus