Malaise à l’Assemblée Nationale après un trait d’humour du député de la Creuse Jean-Baptiste Moreau

Olivier Falorni n'apprécie pas les messages de Jean-Baptiste Moreau / © Maxppp
Olivier Falorni n'apprécie pas les messages de Jean-Baptiste Moreau / © Maxppp

"Je vais dire à quelques potes de la Rochelle de le jeter dans le port"… A propos d’un amendement du député de Charente-Maritime Olivier Falorni sur le bien-être animal, l’humour de l’élu creusois sur une messagerie mobile n’a pas fait rire tout le monde.

Par FC et HL

Il s’agit d’une conversation qui devait rester confidentielle, et qui évidemment se déroulait sur le ton de l’humour. Mais elle n’a pas fait rire tout le monde.


Telegram


Le journal Sud Ouest dévoile une conversation qui a eu lieu via l’application mobile Telegram, impliquant des députés La République En Marche, à propos du projet de loi agriculture et alimentation.

Elle se déroule alors que le député de Charente-Maritime Olivier Falorni demande l’installation de vidéo-surveillance dans les abattoirs pour améliorer le bien-être animal.


"Un sac de ciment et au fond du port de la Rochelle"


Nous avons pu consulter des captures d’écran, et les propos qui se veulent humoristiques, sont en fait assez salés.

Jean-Baptiste Moreau : "Je vais dire à quelques potes de la Rochelle de le jeter dans le port"
Roland Lescure : "Ou dans un bateau avec les animaux pendant plus de huit heures"
Jean-Baptiste Moreau : "Je suis contre la maltraitance animal (sic)" (...) "Un sac de ciment et au fond du port de la Rochelle"

Mépris ?


Nous avons contacté Olivier Falorni, un brin amer : "Cet échange est tout à fait consternant, mais aussi révélateur de l’état d’esprit de ces parlementaires et du mépris qu’ils ont pour la cause animale."

De son côté, Jean-Baptiste Moreau relativise : "Telegram est une messagerie dont on se sert pour échanger nos positions en commission, et accessoirement pour faire des blagues.
A une heure du matin, on se livre à de l’humour facile et pas forcément très drôle".
 

Et à propos de la cause animale, il se défend : "J’ai toujours répondu de façon digne aux propositions d’Olivier Falorni, que je ne partage pas ; il est absurde de dire que j’ai du mépris pour la cause animale alors que je suis moi-même un éleveur."

Une chose est sûre, on ne croisera pas les deux députés en train de tailler la bavette sur le vieux port de La Rochelle…

Sur le même sujet

Salies de Béarn est inondée. Le Saleys est sorti de son lit

Les + Lus