Un mois de mise à pied sans salaire pour la postière corrézienne convoquée par sa direction à Limoges

Les militants de la CGT rassemblés devant la direction du courrier de la Poste à Limoges en soutien à leur collègue corrézienne le mardi matin 12 novembre / © Margaux Blanloeil
Les militants de la CGT rassemblés devant la direction du courrier de la Poste à Limoges en soutien à leur collègue corrézienne le mardi matin 12 novembre / © Margaux Blanloeil

L'agent de La Poste de Tulle était convoquée ce matin par sa direction.
Elle est accusée d'avoir signé un récépissé d'un colis à la place d'une cliente âgée pour lui rendre service.
La CGT conteste la gravité de la sanction.

 

Par Pascal Coussy


Ce mardi 12 novembre 2019 Sylvie Auconie, 59 ans, postière en Corrèze depuis 30 ans, était convoquée à Limoges pour entendre la sanction définitive qui lui serait infligée.

Vendredi 4 octobre 2019 la direction de La Poste lui avait déjà signifié sa mise à pied à titre conservatoire avec conservation de son traitement.

Elle écope donc d'une mise à pied d'un mois sans percevoir son salaire

Une trentaine de militants syndicaux l'ont accompagnée et ont manifesté leur soutien devant les locaux de la direction du courrier rue de la Céramique.

La factrice avait reconnue son erreur et expliqué avoir procédé plusieurs fois de cette façon avec cette dame âgée, à sa demande et pour lui rendre service.
Ce matin, fataliste, elle a accepté sa sanction.
 
Du côté des syndicats la CGT soutient Sylvie Auconie et dénonce "une direction de La Poste de plus en plus répressive" : "on demande de plus en plus aux agents et on ne leur permet pas de le faire sur leur temps de travail".
Le syndicat dénonce "une grosse souffrance à La Poste".
 

une direction de La Poste de plus en plus répressive 

Le 16 octobre une mobilisation organisée à l'appel du syndicat CGT-FAPT, devant le centre de tri postal de Tulle avait réuni près d'une centaine de personnes.

Une pétition de soutien avait été mise en ligne sur internet pour soutenir la factrice corrézienne. Elle a reçu plus de 7 600 signatures de collègues, d'élus ou de simples habitants usagers de La Poste.

Ce matin la direction de La Poste a refusé de s'exprimer.
 

 

Sur le même sujet

Les + Lus