La nouvelle ligne Bergerac-Libourne inaugurée ce vendredi

© France 3 Aquitaine
© France 3 Aquitaine

Près de quatre semaines après la reprise du trafic, la ligne Bergerac Libourne a été officiellement inaugurée ce vendredi. L'occasion pour le secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari de donner des pistes pour contrer les fermetures des petites lignes régionales.
 

Par MK avec Catherine Bouvet

Les usagers peuvent à nouveau l'emprunter depuis le 29 septembre. Après neuf mois de travaux, la ligne Bergerac Libourne est à nouveau ouverte, avec des trains circulant à vitesse normale, soit 120 km/h environ contre 40 km/h auparavant, tant les infrastructures étaient vétustes.
 

"Je ne veux fermer aucune ligne"

Une réussite que de la région Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset a savouré au micro de France 3 Aquitaine. "Ces lignes du quotidien c'est ma bataille. (…), a-t-il assuré. Je ne veux fermer aucune ligne. C'est à la fois de l'aménagement du territoire et  de la lutte contre le réchauffement climatique".


Le président de la région déplore néanmoins le coût élevé de la rénovation de ces lignes avec des trains "trop lourds", et appelle de ses vœux des "changements" du côté de la SNCF et de l'Etat. Quatre-vingt-quatre millions d'euros, financés par l'Etat, la SNCF et les collectivités locales, auront été nécessaires à la remise en état de la ligne Bergerac Libourne-Bergerac.


Egalement présent dans le train ce vendredi matin, le secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a lui aussi suggéré le recours à des solutions "élaborées localement, avec les maires et la SNCF".
 

Pas de fermeture de ligne Périgueux-Agen

Evoquant les lignes Périgueux Agen et Limoges-Brive, le secrétaire d'Etat a souhaité faire preuve d'inventivité" pour ces petites lignes "peu fréquentées".


"On a beaucoup de petites lignes aujourd'hui qui sont dégradées ou vétustes et pour lesquelles il faudra trouver des solutions, comme le train léger, le tram train…" Autant de solutions qui doivent s'élaborer localement, "avec les maires et la SNCF" afin de garantir aux usagers de retrouver leur train régional, estime le membre du gouvernement

"Les élus locaux souhaitent une solution ferroviaire, mais peut-être pas que ce ne doit pas être un TER tel qu'il est aujourd'hui exploité avec un dimensionnement des voies qui coûte très cher".

Nous avons soumis aux élus locaux de travailler à des solutions ferroviaires avec du matériel moins lourd, un peu moins capacitif (sic), moins cher, que ce soit à l'achat, en exploitation et en entretien des voies.

"Le train léger existe déjà sur catalogue chez certains fabricants européens, nous pourrons les solliciter. Et les solutions réseaux seront à concevoir avec SNCF réseaux", a-t-il poursuivi.



Voir le reportage de France 3 Aquitaine
La nouvelle ligne Bergerac Libourne inaugurée ce vendredi

Sur le même sujet

Les + Lus