Ouverture à Matignon du séminaire sur l'emploi avec les présidents de région

Publié le Mis à jour le
Écrit par BD (avec AFP)

Manuel Valls a réuni les nouveaux présidents de région élus en décembre ce mardi matin à Matignon pour un séminaire sur l'emploi, avant une rencontre des élus avec François Hollande en milieu de journée à l'Elysée.

La réunion a débuté peu après 10H00 et elle a pour objectif de préparer la mise en oeuvre du plan d'urgence pour l'emploi annoncé le 18 janvier par le chef de l'Etat, d'établir "un calendrier de travail et une méthode", indique-t-on à Matignon. Le gouvernement a besoin de la collaboration des régions, compétentes notamment en matière de formation et d'apprentissage, pour l'application de son plan. La mise en place des nouvelles régions, les contrats de plan Etat/Régions signés en 2015, le développement économique, et les moyens financiers des régions sont également au menu des discussions.

Manuel Valls a déjà rencontré séparément ces dernières semaines les présidents des nouveaux Conseils régionaux, majoritairement de droite depuis les élections régionales de décembre. Dans le cadre du plan d'urgence, l'Etat doit dégager un milliard d'euros pour la formation de 500.000 chômeurs supplémentaires en 2016. Sa mise en oeuvre doit être "articulée de manière très étroite avec les régions".

Les présidents de région s'estiment les mieux placés pour connaître les vrais besoins des entreprises dans ce domaine et souhaitent notamment que les régions soient "le seul pilote des politiques d'emploi et de formation".

Les discussions se poursuivront à partir de 13H00 avec François Hollande lors d'un déjeuner à l'Elysée, à l'issue duquel Manuel Valls et le président de l'Association des régions de France (ARF), Philippe Richert (LR), qui préside la région Grand Est, doivent s'exprimer. Outre le Premier ministre et les présidents de région, pas moins de huit ministres doivent participer à cette rencontre à Matignon

Parmi les 18 présidents de régions invités (13 de métropole, cinq d'outremer), seul Laurent Wauquiez (LR), le président d'Auvergne-Rhône Alpes, a annoncé lundi qu'il boycottait la réunion.