Pass sanitaire : de la théorie à la pratique ce mercredi 21 juillet en Limousin

Centres aquatiques, parcs d'attractions, parcs animaliers... concrètement, comment s'est passée cette première journée d'entrée en application du pass sanitaire exigé à l’entrée des lieux recevant du public dès que la jauge excède cinquante personnes.
Mercredi 21 juillet entrée en vigueur du pass sanitaire dans les lieux publics accueillant plus de cinquante personnes
Mercredi 21 juillet entrée en vigueur du pass sanitaire dans les lieux publics accueillant plus de cinquante personnes © Rémi Carton France 3 Limousin

Toutes les activités culturelles, sportives, ludiques ou festives recevant plus de cinquante personnes sont désormais concernées par le pass sanitaire.

Présentation exigée à l'accueil de l'établissement...

Depuis ce matin, en pleine saison estivale, les touristes et usagers de liens publics se mesurent aux contraintes du pass sanitaire : des coacs de QR code, des pass vaccinaux non valides… exemple à la BFM de Limoges, pour la première fois, elle se voit refuser des visiteurs.  

J'ai fait le test trop tôt et mon deuxième vaccin pas assez tôt, du coup on repart sans bouquin

Une lectrice dépitée

Pour Hervé Fureix, directeur adjoint de la BFM de Limoges, "sur le principe, nous sommes des lieux ouverts sans aucun pré-requis pour les personnes, c'est donc contraire à notre vocation première, c'est compliqué sur le plan philosophique, ça va à l'encontre de notre fonction, malheureusement on doit aussi respecter les dispositions règlementaires." 

 

Contrôles à une séance d'après-midi dans un cinéma de Limoges ce mercredi 21 juillet
Contrôles à une séance d'après-midi dans un cinéma de Limoges ce mercredi 21 juillet © Rémi Carton France 3 Limousin

Dans ce cinéma au centre de Limoges, le protocole ne fait pas non plus l'unanimité… 

C'est ridicule, ça fait un an et demi que je fais des tests pour montrer que je n'ai rien, faire un test pcr pour venir voir un film, je trouve qu'on est tombé bien bas dans la société 

Un spectateur désabusé

Reste à savoir si la sortie tant attendue de "Kamelott" aura raison du pass sanitaire. "Cet après-midi c'est plutôt calme, mais on a pas mal de réservations pour la séance de 19h, une centaine, par contre on s'attend à une baisse de la fréquentation avec le pass, 30 à 40%, mais ça reste à démontrer", note Olivier Dumont, le directeur du Cinéma Grand Ecran.

Une baisse de la fréquentation déjà constatée dans ce parc animalier au Vigen aux portes de Limoges. Certes la chaleur pourrait l'expliquer, mais c'est une évidence, aujourd'hui, les allées sont quasi désertes et les animaux sont las. "On a une fréquentation divisée par 3 sur la matinée aujourd'hui, à peine 200 personnes ce matin.. et tous les conflits qui vont... on subit... avec ce pass, ce n'est pas une journée simple" confie Nicolas Lefrère, le gérang du Parc du Reynou. Une mesure difficile à avaler pour cet établissement de plein air dont les frais fixes restent incompressibles pour s'occuper des animaux. 

Une fréquentation divisée par trois dans ce parc animalier du Vigen
Une fréquentation divisée par trois dans ce parc animalier du Vigen © Rémi Carton France 3 Limousin

Ou une jauge limitée...

Dans ce parc d'aventure corrézien en revanche, pas de pass sanitaire demandé à l'accueil, le seul exigé porte un autre nom :

Ça c'est le passe wizztit, ça marche pas ailleurs !

Pierre-Gaël Reynier - Gérant d’un parc accrobranche


Ici, la direction du parc a limité l'accès au parcours à 50 visiteurs. L'objectif : éviter de leur imposer une mesure discriminatoire et inappropriée selon elle. "J'ai pas envie de rentrer dans les gens, leur faire la morale, leur dire mais pourquoi vous êtes pas vacciné monsieur, des débats qui sont inutiles, ils sont là pour se vider la tête, pas pour avoir des débats ou qu'on les juge", estime Pierre-Gaël Reynie le gérant d’un parc accrobranche

Côté clients, l'absence de pass sanitaire est diversement apprécié : "Je trouve ça normal de pouvoir faire des loisirs en famille sans pass sanitaire, parce que c'est la liberté, on a le droit de tous avoir des loisirs avec pass ou sans pass" nous confie l'un. "Pour les gens qui ne veulent pas qui disent non, c'est un problème. Mais je pense que ça serait nécessaire, si on veut éviter un autre confinement", estime cet autre client.

Le parc a quand même enregistré trois fois moins d'entrées que les jours derniers, avec la même météo. Il ne craint pas cependant d'éventuel manque à gagner. "Je ne suis pas sur la productivité, j'ai une chance énorme d'être chez moi, d'avoir fait mes activités moi-même. Donc j'ai pas de couteau sous la gorge, j'ai pas d'emprunt excessif, donc voilà j'ai une situation assez favorable par rapport à d'autres parcs" souligne le directeur.


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société loisirs sorties et loisirs vaccins - covid-19