Portrait. Comment travaillent les photographes officiels sur le Tour Poitou-Charentes ?

Publié le Mis à jour le

Ce type d’événement ne pourrait se faire sans bénévoles. Nous avons rencontré Sylvain Rave et Amélie Barbotin, tous deux photographe pour l’organisation du Tour Poitou-Charentes. Ils nous racontent comment ils travaillent sur cet événement sportif régional.

Sylvain Rave est originaire de Poitiers. Dans la vie de tous les jours, il est technicien pour une grand marque de soda. De son côté, Amélie Barbotin est chargée de presse et photographe pour le Tour Poitou-Charentes. Dans la vie, elle chargée de communication pour la ville de Saint-Pierre des Corps. Amélie a baigné très jeune dans le monde du vélo. Depuis toute petite, elle a suivi son père sur les courses de la région où il était signaleur. Puis, en 2014, lors du Championnat de France au Futuroscope, elle emprunte l’appareil photo numérique de son père. 

Sur le Tour Poitou-Charentes, tous deux sont bénévoles durant ces quatre jours de course, en tant que photographe officiel pour l’organisation.

De son côté, c’est la première année que Sylvain participe, en tant que photographe, au Tour Poitou-Charentes. Dans l’équipe, ils sont quatre afin de couvrir cet événement et publier leurs photos, sur le site officiel du TPC, les réseaux sociaux… Il y a aussi Régis Garnier et Catherine Paranteau. Après une sévère sélection, ils proposeront une cinquantaine de photos par jour, sur l’ensemble des supports du Tour Poitou-Charentes (site internet, communication papier...).

C’est quoi être photographe sur une course cycliste ?

Avec son pilote moto, Sylvain à pour mission de réaliser des photos de la course bien sûr, mais aussi de la caravane publicitaire et des partenaires. Pour l’organisation d’un tel événement, la présence de la caravane publicitaire à une très grande importance. Non seulement pour le public, mais aussi pour les marques qui défilent en avant de la course. De son côté Amélie couvrira plutôt les présentations des équipe et la signature des coureurs sur le podium, avant le départ.
Sur la course, Sylvain et son pilote essayent de trouver le meilleur placement et les meilleurs endroits pour photographier les coureurs, en roulant et à l’arrêt, sur le bord de la route. Pour le photographe, il faut trouver des angles de prise de vue pour la réalisation des clichés. L’idéal est de se poster en ligne droite ou au contraire dans une courbe afin de pouvoir percevoir les efforts des coureurs et leur différentes attitudes sur le vélo.

"Aller chercher le détail sur le coureur"

Sylvain explique qu'il aime bien photographier les coureurs dans leurs efforts. Il ajoute que c’est là que l’on peut aussi faire passer une émotion dans ses photos.

J’aime montrer l’effort physique dans ses détails.

Sylvain Rave, photographe

Le plaisir de Sylvain, c’est aussi d’isoler le coureur sur la photo. Il aime  beaucoup jouer avec la profondeur de champ. Il profite aussi de la complicité entre le photographe et le coureur pour déclencher son appareil au meilleur moment, tout en gardant la spontanéité de la scène.

La course contre-la-montre est l’une des séquences que je préfère.

Sylvain Rave, photographe

Sur cet événement, Sylvain travaille avec deux appareils Nikon équipés de deux objectifs différents. L’un est équipé d’un téléobjectif et l’autre d’un objectif plus large pour prendre des ambiances. Cela permet de gagner du temps et éviter de prendre de la poussière sur le capteur de l'appareil lors du changement d’objectif. Le tout pèse tout de même son poids, avec près de 10 kilos sur les épaules. Amélie possède aussi deux boitiers pour plus de souplesse.

Pour tous les deux, la fin de journée est réservée au tri des photos. Il faudra alors choisir une dizaine de clichés parmi les presque 400 ou 600 photos de la journée.
Suivez Sylvain et Amélie sur leurs réseaux sociaux