Pourquoi les fonds européens pour les territoires ruraux arrivent avec retard ?

Les aides européennes pour les territoires ruraux existent mais n'arrivent pas à leurs destinataires ou avec retard... / © Jean-Luc Flémal MAXPPP
Les aides européennes pour les territoires ruraux existent mais n'arrivent pas à leurs destinataires ou avec retard... / © Jean-Luc Flémal MAXPPP

Ce sont des sommes qui comptent dans les territoires ruraux. Près de 100 millions d'euros d'aides directement financées par l'Europe pour la Nouvelle-Aquitaine. Mais sa distribution peine dans l'hexagone, la faute à un logiciel pas adapté. La région a pris le taureau par les cornes. 

Par Christine Le Hesran

Il y a de l'argent pour aider les territoires ruraux, encore faut-il qu'il arrive à bon port... Des sommes qui peuvent paraitre modestes :  4 000 euros pour un festival, 24 000 euros pour une association de tourisme durable, ou encore de l'aide à domicile, mais des montants souvent indispensables pour pérenniser des activités qui animent les campagnes. 
C'est le cas du programme européen LEADER : pas moins de 680 millions d'euros de fonds européens destinés à financer des actions de développement rural, soit par un coup de pouce à l'activité économique, culturel... Tout sauf ce qui concerne l'agriculture aidée historiquement par l'Europe à travers la PAC. 

Alors le bruit de fond qui circule ces jours-ci sur des retards dans la distribution de cet argent salvateur là où on en a bien besoin fait bondir Isabelle Boudineau, vice-présidente du conseil régional en charge des questions européennes : 

" On est en rien fautif, c'est un problème bureaucratique franco-français. Un logiciel difficile à mettre au point, baptisé Osiris, mis au point par l'agence de service de paiement, d'ailleurs basée à Limoges. "

Une agence qui dépend du ministère de l'agriculture français. Pour certains, la panne de logiciel aurait bon dos. On lit aussi dans la presse des bisbilles entre ministère de l'agriculture et collectivités qui auraient largement contribué à bloquer des dossiers. 

La région Nouvelle-Aquitaine à la rescousse


Alors pour palier ces retards, la région Nouvelle-Aquitaine de son côté a retroussé les manches dès 2016 et voit aujourd'hui les effets. Elle a fait des avances remboursables pour honorer les demandes d'aides des collectivités ou associations. 
Isabelle Boudineau tient à défendre cette décision : " On essaie de sauver le programme. On a recruté 20 personnes pour gérer ces aides " Et  donc le faire à la place des services de l'Etat défaillants. 

Un dysfonctionnement qui fait désordre

Dans un communiqué publié aujourd'hui, Régions de France, qui regroupe les conseils régionaux, remet les points sur les I. Elle veut faire taire les inquiétudes sur ces fonds qui pourraient être rendus s'ils ne sont pas utilisés.
" Les Régions ont obtenu la possibilité de programmer et de verser les fonds jusqu’en 2023, ce qui donnera deux années supplémentaires pour rattraper le retard. Les crédits, contrairement à ce que disent certains, ne seront pas perdus : ils pourront être redéployés vers d’autres projets de développement rural en accord avec les partenaires locaux. " 

Bref, ces retards et ce dysfonctionnement majeur ne donnent pas une bonne image de la France aux partenaires européens. 

Sur le même sujet

Le député LREM expulsé du Sommet de l'élevage

Les + Lus