Après Pau, les avocats de Bayonne votent la grève pour défendre leur cour d'appel

Rassemblement devant le palais de justice à l'appel de l'ordre des avocats de Pau, pour la défense de la cour d'appel le 13 novembre 2017. / © maxnewsworldfour396782
Rassemblement devant le palais de justice à l'appel de l'ordre des avocats de Pau, pour la défense de la cour d'appel le 13 novembre 2017. / © maxnewsworldfour396782

Ils n'ont pas obtenu de garanties suffisantes quant au maintien de la Cour d'Appel de Pau dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire. Les avocats de Bayonne rejoignent donc leurs confrères de Pau, en grève générale illimitée depuis huit 8 jours. 

Par Hélène Chauwin

Ni permanence, ni garde-à-vue, ni défense pénale. Depuis mardi dernier,  les avocats de Pau sont en grève illimitée et générale. La nuit dernière, en Assemblée Générale, leurs collègues de Bayonne ont décidé de rejoindre le mouvement. 


Vendredi dernier, il ont reçu la visite du Directeur des Services Judiciaires. Peimane Ghaleh-Marzban a tenté de les rassurer, affirmant qu'"il n’y a aucun projet de suppression de la cour d’appel de Pau". Cela n'a pas suffi. Dans un communiqué publié sur les réseaux, le barreau de Pau estime qu'"il n'a pas été à même d'apporter des garanties sur la pérennité des attributions juridictionnelles de [notre] Cour d'appel".


C'est un document circulant sur internet qui les inquiète. Intitulé "Projet discussion confidentielle", il montre une carte géographique qui fait état de la disparition de la cour d'appel de Pau.
Selon Me Antoine Paulian, il s'agirait d'une "information qui aurait fuité du ministère de la Justice". Impossible à vérifier pour l'instant  : 

Elle circule sur internet et nous craignons fortement la disparition ou l'amputation de certaines compétences de notre cour d'appel. 

Les avocats palois avaient alors voté une grève générale et illimitée. 

Deux jour plus tard, François Bayrou avait reçu des représentants des avocats à la mairie de Pau. La veille, il avait rencontré la Garde des Sceaux et leur apportait "des garanties" sur la pérennité de la Cour d'Appel de la ville. 

Les avocats palois n'ont pas levé leur mouvement.  Leus collègues de Bayonne viennent donc de les rejoindre. La grogne prend de l'ampleur au barreau de Pau. 


 

Menace de démission de M Gourinchas de la présidence de Grand-Cognac

Près de chez vous

Les + Lus