• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Béarn: visite dans les entrailles du barrage d'Artouste

Le barrage d'Artouste a été construit dans les années 1920 à 2000 m d'altitude / © Elise Daycard France 3 Pau Sud Aquitaine
Le barrage d'Artouste a été construit dans les années 1920 à 2000 m d'altitude / © Elise Daycard France 3 Pau Sud Aquitaine

Le petit train d'Artouste n'est pas seulement une belle balade. Deux fois par an, il permet à une trentaine de privilégiés d'entrer dans les installations hydroélectriques souterraines du barrage, à 2000 m d'altitude. Une visite passionante et originale

Par Elise Daycard

La visite débute par le voyage en petit train: 50 minutes vertigineuses, à flanc de montagne, le long du plateau du Soussouéou. A la gare d'arrivée, il faut se faufiler derrière le bar, chausser un casque et pénétrer enfin sous la montagne. Sous nos pieds, des kilomètres de galeries souterraines sombres et humides

Olivier Marfaing, de la SHEM, est notre guide. Chef d'exploitation du groupement d'usines hydroélectriques d'Artouste, il organise cette visite deux fois par an, 15 personnes à la fois seulement, par souci de sécurité. Intarissable sur l'édifice, il nous raconte l'histoire de ce chantier extraordinaire.

Travail de forçat

En 1920 débute la construction du petit train d'Artouste. Loin d'être touristiques, les wagons servent à acheminer les 2000 ouvriers jusqu'au lac pour y édifier un barrage. Les travailleurs restent chacun jusqu'à 3 mois, été comme hiver, pour creuser les galeries et y extraire la pierre et les matériaux nécessaires. Un travail de forçat qui permet à l'édifice de voir le jour en seulement 3 ans. 

1ère énergie renouvelable

Aujourd'hui, le lac d'Artouste, le plus grand des Pyrénées-Atlantiques, se retrouve tout en haut d'une chaîne de retenues d'eau et d'usines hydroélectriques, le long de la vallée d'Ossau, qui produisent dès que le réseau en a besoin. Une énergie de pointe, renouvelable, écologique et adaptable: en 15 minutes, une usine peut être au maximum de sa capacité, 40 000 kilowatts/heure pour celle du lac d'Artouste. Si les 1ères usines hydroélectriques de la vallée d'Ossau ont commencé à produire en 1927, celle-ci ne date "que" de 1948. 

La visite dure un peu plus d'une heure et demi, entre galeries, salles de machines et conduites forcées. Les explications sont claires et passionantes. Puis, c'est le retour à la surface pour monter sur le barrage et contempler le lac et les montagnes alentours. 
Enfin, le retour en petit train et les marmottes qui attendent sagement de se faire prendre en photo.
 
Béarn: dans les entrailles du barrage d'Artouste

Sur le même sujet

La dynastie Casadesus au Festival du Périgord Noir

Les + Lus