Cet article date de plus de 5 ans

Affaire Junca : à mi-procès Claude Ducos se livre

Celui qui est soupçonné d'avoir découpé le corps du jeune Alexandre Junca a répondu aux questions de journalistes ce matin, avant le début de la quatrième journée d'audience. Il est visiblement mal à l'aise quand on le questionne sur les appels qu'il a reçu le jour et le lendemain du meurtre.
Claude Ducos entouré de ses avocats, le 8 juin 2016
Claude Ducos entouré de ses avocats, le 8 juin 2016 © France 3 Aquitaine
Claude Ducos se défend de toute implication dans cette sordide affaire. "Je ne sais absolument rien" affirme t-il se disant "entièrement" innnocent. 

Il dit lui aussi vouloir la vérité mais perd la mémoire quand on lui demande des éclaircissements sur les appels qu'il a reçu les 4 et 5 juin 2011 du meurtrier présumé Mickaël Baerhel.

durée de la vidéo: 01 min 04
Affaire Junca : Claude Ducos mal à l'aise quand on l'interroge sur les appels de Mickaël Baerhel

Le sexagénaire, amant de l'accusé Baehrel, qu'il rémunérait pour ses services sexuels, met toute la faute sur le meurtrier présumé. "J'ai pleuré comme tout le monde", dit-il.

durée de la vidéo: 00 min 51
Affaire Junca : Claude Ducos charge Baerhel

Claude Ducos est le seul des quatre accusés à comparaitre libre. Il est jugé pour "recel de cadavre, atteinte à l'intégrité d'un cadavre, destruction de preuve et non-dénonciation de crime". Il encourt trois ans de prison. Il est décrit comme étant capable de tout compartimenter avec une forte propention à la dissimulation.

Suivez la quatrième journée d'audience en tweets :

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire junca justice société assises