Pau : un chef d'oeuvre de Rodin, découvert dans un garde-meuble basque exposé ce vendredi

Publié le Mis à jour le
Écrit par Hélène Chauwin avec l'AFP
durée de la vidéo: 01 min 39
Un plâtre de Rodin exposé à Pau

Il est la toute première version de "Je suis belle", exposée au Musée Rodin à Paris. Un grand plâtre du sculpteur découvert, par hasard, dans un carton rangé dans un garde-meuble du Pays basque. Le chef d'oeuvre est estimé à 700 000 euros. L'étude Gestas&Carrère le présentait en avant première. 

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022
"Cette grande pièce de 72 cm dégage instantanément une impression de puissance : un homme nu porte, tous muscles dehors, l'échine cambrée, à la limite de la rupture, une jeune femme dans une étonnante position accroupie (...) La signature +A Rodin+ est incisée dans la terrasse", décrit l'étude dans un communiqué.

Les commissaires-priseurs avaient pour la première fois découvert en 2013 ce plâtre, qui fut identifié mais non expertisé, lors d'un inventaire dans une maison de retraite médicalisée du Pays Basque. Et ils ont eu la surprise de retrouver l'oeuvre au fond d'un carton, dans un garde-meuble à Biarritz en avril 2016, après le décès de sa propriétaire, qui le tenait de sa grand-tante.

"Ce qui a pris beaucoup de temps, ce sont toutes les étapes de l'expertise. Au Musée Rodin, on s'est rendu compte que cette pièce était très importante (...) qu'elle était antérieure à tout", a expliqué à Patrice Carrère.

C'est exceptionnel, c'est un rêve. On voit beaucoup plus que dans un bronze.On voit vraiment l'acte créateur. On a l'impression de sentir le souffle de Rodin. Il y a des traces de doigts


"Je suis belle" a été classé Trésor national le 26 janvier par le ministère de la Culture et est à ce titre interdite de sortie du territoire pour une durée de 30 mois, précise le ministère.



L'étude Gestas & Carrère n'en est pas à sa première découverte de trésor caché : en décembre 2016, elle avait vendu un dessin du XVIe siècle de l'artiste italien Andrea del Sarto (1486-1530) pour près de 4 millions d'euros.