Cet article date de plus de 8 ans

Un protocole d'accord pour une ligne commune Pau-Canfranc-Saragosse

La région Aquitaine et le gouvernement de la province espagnole d'Aragon ont signé vendredi à Bordeaux un protocole d'accord pour une traversée de la partie centrale des Pyrénées avec la réouverture de la ligne ferroviaire entre Pau et Saragosse.
Gare de Pau Canfranc
Gare de Pau Canfranc © france3aquitaine
Ce protocole établit un calendrier des études et des travaux à valider avec les États espagnols et français pour une réouverture à l'horizon 2020 de cette ligne interrompue suite à un accident en 1970 et abandonnée depuis.

"Il nous faut continuer à convaincre et à montrer notre détermination commune, des deux côtés de la frontière, à voir se réaliser ce projet. Convaincre de lintérêt stratégique de cette ligne pour le développement des relations et des échanges transfrontaliers", a indiqué le président PS de la région, Alain Rousset.

"Déjà les avancées sont importantes puisque la ligne Pau-Canfranc est inscrite au projet de Schéma national des Infrastructures et des Transports (SNIT) par le gouvernement français et au PITVI 2012-2024 (Plan de Infraestructuras, Transporte y Vivienda du Fomento) côté espagnol" a-t-il souligné.

"Il ne nous reste donc plus qu 'à obtenir un soutien financier ferme des États et de l'Europe. Et je ne peux imaginer, au regard des enjeux de cette ligne, que cela ne puisse être le cas", a estimé le président Rousset.

Luisa Fernanda Rudi, présidente du gouvernement d'Aragon, a de son côté affirmé à son homologue "la volonté de Madrid de franchir les Pyrénées", et les deux régions ont annoncé le dépôt le 26 mars devant la Commission européenne d'un dossier de demande de subvention.

Côté aquitain, des travaux de réhabilitation sont prévus sur les 36 km de ligne entre Pau et Oloron-Sainte-Marie, et le conseil régional d'Aquitaine a financé entièrement la remise aux normes des 25 km qui relieront fin 2015 Oloron et Bedous, la dernière ville avant l'entrée dans le tunnel creusé sous les Pyrénées.

Les coûts de travaux les plus importants se situent sur cet axe long de 32 km reliant Bedous et la gare de Canfranc, en Espagne, estimés à près de 369 millions d'euros côté français.

Le 13 octobre dernier, élus aquitains et aragonais avaient célébré le centenaire du creusement du tunnel transpyrénéen du Somport long de 8 km. La mise en service de la ligne avait été effectuée en 1928 jusqu'à son abandon en 1970.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports pyrénées économie politique