• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Le Soulor : le fabricant de chaussures veut se développer à l'aide du financement participatif

Depuis 1925, les chaussures du Soulor sont fabriquées dans un atelier à Pontacq en Béarn. / © F3 Midi-Pyrénées
Depuis 1925, les chaussures du Soulor sont fabriquées dans un atelier à Pontacq en Béarn. / © F3 Midi-Pyrénées

Le fabricant de chaussures de montagne béarnais a lancé une campagne de Crowdfunding. Le Soulor, repris il y a deux ans, veut conquérir de nouveaux marchés. De nouveaux postes et même, une boutique à Paris.

Par Iban Carpentier

Il y a à peine deux ans, l'atelier de chaussures de montagne Le Soulor, à Pontacq, évitait de justesse la fermeture. Aujourd'hui c'est une affaire florissante, forte de deux boutiques à Tarbes et Pau. L'entreprise fait aujourd'hui appel au financement participatif pour franchir une nouvelle étape dans son développement. Stéphane Bajenoff, l'un des deux associés de l'affaire explique :

Pour se développer, Le Soulor a besoin d'atteindre de nouveaux marchés. Notamment le marché parisien. Le salon Made in France en novembre nous permettrait d'aller à la rencontre de cette clientèle. Mais notre trésorerie actuelle ne nous permet pas d'y participer

C'est pour cette raison que Le Soulor a lancé une campagne de crowdfunding sur la plateforme Tudigo. Le premier objectif de 3500 euros a déjà été atteint. Une somme suffisante pour payer l'inscription et le stand à Paris, mais pas les frais annexes. Il reste donc une vingtaine de jours pour atteindre le second pallier de 7000 euros.

Mais la campagne ne compte pas s'arrêter en si bon chemin :

Notre objectif ultime serait d'atteindre plus de 12 500 euros. Cela nous permettrait de participer au salon mais aussi de pérenniser deux nouveaux postes au sein de l'atelier. Ce serait aussi un bon début pour penser à une boutique de nos produits à Paris.

Les nouveaux patrons du Soulor n'en sont pas à leur coup d'essai. En 2016 au moment de la reprise de l'atelier, ils avaient déjà dû faire appel au financement participatif pour pallier la défaillance d'une machine indispensable à l'atelier. Ils étaient parvenus à lever 4800 euros grâce à une campagne "gagnant gagnant".

En effet, chaque participation offre une contrepartie. Dans le cas du Soulor, un de leurs produits à prix réduit. Par exemple, pour une participation de 140 euros, une paire de Ayous, l'une des chaussures emblématiques de l'enseigne, est offerte. Une paire vendue habituellement 160 euros.

 

Le Soulor, une boutique aussi à Tarbes
Nouvel essor pour le fabricant de chaussures "Le Soulor" qui garde son esprit montagne - F3 Occitanie

Une vocation d'employeur local

Le Soulor emploie actuellement 8 personnes et rêverait d'atteindre le nombre de 15 salariés. Avec la fermeture de l'usine de chaussures Arcus à Pontacq, ce n'est pas la main-d'oeuvre qui manque ;

Il y a ici une trentaine de personnes, formées dans le domaine, qui se sont retrouvées sans emploi. Nous avons reçu des dizaines de candidatures d'anciens de chez Arcus. Mais nous n'avons pas la capacité d'avoir une trop grosse masse salariale... pour l'instant.

Car en effet, les chaussures du Soulor sont fabriquées de façon artisanale, cousues à la main. Un savoir-faire rare dont seules trois entreprises en France perpétuent la tradition et la transmission

Le sens de ce que l'on fait, c'est de travailler en local et en circuit court, puis de montrer ce savoir-faire au-delà du Béarn.

L'entreprise est aussi à la recherche d'investisseurs pour pouvoir rénover son atelier, situé dans le même bâtiment de Pontacq depuis 1925.

Ouverture de la boutique du Soulor à Pau en 2017
Il y a un peu plus d'un an, l'entreprise de chaussures de montagne Le Soulor prenait un nouveau départ. Une nouvelle boutique ouvrait à Pau, en Béarn. - F3A Ttotte Darguy, Benoît Bracot, Iban Carpentier

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus