• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Un comptage européen du Milan royal pour suivre l'évolution d'une espèce bien installée dans les Pyrénées

Le comptage des rapaces se fait tôt le matin ou juste avant la tombée de la nuit / © O.Lopez/F3Aquitaine
Le comptage des rapaces se fait tôt le matin ou juste avant la tombée de la nuit / © O.Lopez/F3Aquitaine

Des centaines de bénévoles se sont mobilisés pour compter les dortoirs des Milans royaux le week-end dernier. Dans 12 pays d'Europe. L'exactitude des données va permettre d'affiner les connaissances sur l'évolution de ce rapace, bien installé dans les Pyrénées. 

Par CA

Ils se sont levés aux aurores, puis sont retournés sur les hauteurs d'Oloron-Sainte-Marie juste avant la tombée de la nuit dimanche dernier. Les meilleurs moments pour observer les Milans royaux se réfugier dans leurs "dortoirs". 

Ces bénévoles de la Ligue de Protection des Oiseaux et du Groupe d'Etudes Ornithologique Béarnais ont répondu à l'appel de leurs associations. Comme des centaines d'autres à travers l'Europe.

L'objectif est d'effectuer un recensement, le plus précis possible, de ces rapaces en hivernage. Le seul moyen de déterminer l'état de l'espèce, considérée en déclin depuis les années 90.
 

Effectifs records dans les Pyrénées-Atlantiques



Le dernier comptage, l'an dernier, a révélé "des effectifs migrateurs records sur les cols basques à l’automne 2017" explique la LPO. Des chiffres qualifiés "d'historiques".

" 2 604 milans" répartis ainsi :  "1 812 au Pays basque (contre 900 à 1 300 habituellement et au maximum 1 423 en 2017) et 792 dans le Béarn (contre 500 habituellement et au maximum 680 en 2016)" précise l'association de défense des animaux.

"Cet hivernage très important dans les Pyrénées semble résulter à la fois de la découverte de nouveaux dortoirs mais aussi de l’augmentation des effectifs dans d’autres dortoirs. Ainsi, six nouveaux dortoirs apportent près de 300 oiseaux" est-il expliqué.
 
Les Milans royaux se regroupent dans des arbres, appelés "dortoirs", qui peuvent abriter plusieurs dizaines d'individus pendant la période d'hivernage ou de migration. / © O.Lopez/F3Aquitaine
Les Milans royaux se regroupent dans des arbres, appelés "dortoirs", qui peuvent abriter plusieurs dizaines d'individus pendant la période d'hivernage ou de migration. / © O.Lopez/F3Aquitaine


Les Milans royaux se regroupent le plus souvent dans des arbres, appelés "dortoirs", où ils reviennent année après année en période d'hivernage et de migration.

Le comptage européen effectué le week-end dernier permettra t-il de confirmer une présence accrue du rapace dans les Pyrénées ?

"Cette augmentation de la pression d’observation engendre possiblement la découverte de dortoirs passés jusque-là inaperçus, et, a priori, une augmentation globale des effectifs dénombrés". 

"Nous devons rester prudents sur nos interprétations" temporise la LPO, "c’est probablement dans les années à venir seulement que nous serons capables de mettre en évidence une tendance fiable à l’échelle nationale".
Un Milan royal accompagne un vol de palombes dans le ciel béarnais / © O.Lopez/F3Aquitaine
Un Milan royal accompagne un vol de palombes dans le ciel béarnais / © O.Lopez/F3Aquitaine



Un rapace européen


90 % de la population du Milan royal est installé en Allemagne, en France, en Espagne et en Suisse. La France constituant son principal couloir de migration, "elle a une responsabilité majeure pour la conservation de l'espèce dans le monde" affirme une étude du plan national d'action 2018 - 2027

L'oiseau a connu un brutal déclin dans les années 90 "victime de la dégradation et de la perte de son habitat de prédilection, de la diminution des ressources alimentaires, et d’autres menaces anthropiques (intoxications, tirs, collisions…)".

Un premier plan national de restauration de l'espèce avait été mis en oeuvre entre 2003 et 2007.

Le deuxième plan, lancé l'an dernier, doit permettre de "sauver cette espèce phare de la biodiversité française, européenne et mondiale".

Dans le reportage qui suit, nos reporters se sont rendus sur les hauteurs d'Oloron-Ste-Marie, avec les bénévoles de la LPO, pour compter les Milans royaux.
 
Un comptage européen du Milan royal pour mieux suivre l'évolution d'une espèce en déclin
Des centaines de bénévoles se sont mobilisés pour compter les dortoirs des Milans royaux le week-end dernier. Dans 12 pays d'Europe. L'exactitude des données va permettre d'affiner les connaissances sur l'évolution de ce rapace, bien installé dans les Pyrénées.  - E.Poussard/O.Lopez

Sur le même sujet

Construction du Pin Galant

Les + Lus