Un lâcher de bouquetins en vallée d'Aspe, une espèce qui va faire le bonheur des randonneurs

Les bouquetins sont des animaux inoffensifs et peu craintifs. Les randonneurs pourront facilement les observer dans la montagne quand les 75 individus auront été lâchés en vallée d'Aspe, d'ici fin 2020. / © Cabri © A. Garnier - Parc national des Pyrénées
Les bouquetins sont des animaux inoffensifs et peu craintifs. Les randonneurs pourront facilement les observer dans la montagne quand les 75 individus auront été lâchés en vallée d'Aspe, d'ici fin 2020. / © Cabri © A. Garnier - Parc national des Pyrénées

L'espèce française a disparu en 1910, victime de la chasse. Le Parc National des Pyrénées a décidé de réintroduire son cousin le bouquetin ibérique, prélevé du côté espagnol. Après le lâcher d'une centaine de bêtes en Ariège en 2014, 75 seront introduites en Béarn d'ici 2020. Dont dix ce jeudi.

Par CA

C'est une grande fête qui se prépare ce jeudi 11 avril à Accous, dans le Béarn. Les dix premiers bouquetins destinés à repeupler le côté ouest des Pyrénées seront présentés au public puis lâchés dans la nature.

Il est conseillé d'arriver tôt pour assister à l'événement. Le grand public sera le bienvenu aux côtés du Préfet, du président de la Région Nouvelle-Aquitaine, des élus du département, des mécènes privés et des élèves des établissements scolaires des alentours.

Rendez-vous est donné sur la commune d'Accous avant 10h30. Le lieu du lâcher sera à quelques minutes de marche.
 
Le lieu du lâcher des 10 premiers bouquetins qui seront réintroduits en Béarn / © Parc National des Pyrénées
Le lieu du lâcher des 10 premiers bouquetins qui seront réintroduits en Béarn / © Parc National des Pyrénées


Un animal majesteux, véritable trophée de chasse


Gracieux, majestueux, doté de cornes qui peuvent s'étendre sur 90 à 100 cm, le bouquetin des Pyrénées est apprécié des chasseurs.
 
Les cornes majestueuses du bouquetin des Pyrénées peuvent atteindre les 1 mètres de longueur / © Parc National des Pyrénées
Les cornes majestueuses du bouquetin des Pyrénées peuvent atteindre les 1 mètres de longueur / © Parc National des Pyrénées


Pas tant pour sa viande. Plutôt pour le trophée qu'il représente. Une passion qui sera fatale à l'espèce française. Elle disparaîtra totalement en 1910 après l'abattage des deux derniers specimens connus.

Sa cousine, l'espèce ibérique, n'a, elle, pas subi le même sort puisque sa population est encore aujourd'hui forte de plusieurs milliers d'individus. Bien que sa chasse soit extrêment populaire et lucrative.

Certains espagnols organisent des virées pour de riches "collectionneurs" originaires des quatre coins du monde. Prêts à débourser jusqu'à 20 000 euros pour ramener un trophée à la maison.
 

La réintroduction : une aubaine pour le tourisme


Ce programme de réintroduction initié par le Parc National des Pyrénées a un triple objectif : la restauration de l'espèce, l'élargissement de la chaîne alimentaire et l'attraction touristique que cela va engendrer. 

"200 individus sont nécessaires pour que la population soit viable et pérenne" explique Jérôme Laffite, chargé de mission faune au Parc National des Pyrénées
 

Les bouquetins vivent entre 15 et 20 ans et pèsent entre 35 (femelles) et 90 kg (mâles). Ils se nourrissent d'herbe et de lichen et vivent en milieu rocheux, insensibles au vertige. / © Parc National des Pyrénées
Les bouquetins vivent entre 15 et 20 ans et pèsent entre 35 (femelles) et 90 kg (mâles). Ils se nourrissent d'herbe et de lichen et vivent en milieu rocheux, insensibles au vertige. / © Parc National des Pyrénées


La population actuelle, estimée à 140 individus (compte tenu des décès et des naissances depuis la réintroduction de 2014 en Ariège) est encore trop faible.

C'est pourquoi, d'ici 2020, 75 bêtes supplémentaires seront lâchées, par groupe de dix, dans les Pyrénées-Atlantiques. 

Avec l'espoir de les voir se multiplier et s'installer durablement dans nos contrées. En toute tranquilité puisque la France en a fait une espèce protégée depuis 2012.

Ces nouveaux venus "bénéficieront à l'ensemble de la faune sauvage" explique Jérôme Laffite. "Les rapaces par exemple pourront se nourrir des carcasses des animaux morts".

Ils seront aussi une source de curiosité indéniable pour les randonneurs. Ils représentent "un enjeu touristique et économique important. Ce sont des animaux que l'on approche facilement, pas du tout craintifs, c'est un vrai argument touristique pour les territoires". 

En Ariège, des sorties à la découverte des bouquetins, encadrées par des guides, sont organisées chaque été. Il en sera certainement de même en Béarn une fois la population stabilisée.
 

Pas de risque de nuisance


Chaque animal est obligatoirement mis en quarantaine avant son introduction en France.

"S'il présente le moindre risque sanitaire, il reste en Espagne" affirme Jérôme Laffite.

"Il n'y aura que des individus sains et la veille sanitaire sera régulière afin d'éviter tout risque de contamination".

Ce dispositif devrait rassurer les éleveurs soucieux de préserver leurs cheptels des risques de maladies.
 

Parrainez un bouquetin !

Le Parc National donne la possibilité de parrainer la réintroduction d'un bouquetin en Béarn. 
 

Il est possible de faire un don ouvrant droit à une réduction fiscale de 66%

Ces dons, ajoutés au financement accordé par la Région Nouvelle-Aquitaine, l'Europe et le département des Pyrénées-Atlantiques, vont permettre une réintroduction dans les meilleures conditions.









 

Sur le même sujet

Exercice de sauvetage du GRIMP sur les toits de la cathédrale de Périgueux

Les + Lus