Militaires Français morts au Mali : hommages poignants à Pau et Gao

© GAIZKA IROZ / AFP
© GAIZKA IROZ / AFP

Après le choc, l'heure est au recueillement et aux hommages. Devant la mairie de Pau, à la base de Pau-Uzein ou encore à la base de Gao au Mali, familles anonymes ou officiels ont honoré la mémoire de ces treize militaires français tués au Mali. 

Par HC avec l'AFP

Hommage sur la base de Pau-Uzein

C'était la base de sept des 13 hommes. Leurs frères d'armes ont salué ce mercredi leur mémoire en présence des familles, dont l'ancien ministre Jean-Marie Bockel, père d'un des pilotes tués. 

Deux avions de chasse Rafale de la base voisine de Mont-de-Marsan ont survolé Pau Uzein en signe d'hommage. Dans une manoeuvre à valeur de symbole, l'un des appareils a rompu la formation pour monter droit au ciel, à la verticale.

L'hommage des militaires de la base de Pau-Uzein
7 des 13 militaires français tués au Mali étaient rattachés à cette base des Pyrénées-Atlantiques. Leurs frères d'armes leur ont rendu hommage ce mercredi.


Hommage devant la mairie de Pau 

L'instant est chargé d'émotion. Nom après nom, François Bayrou égraine l'identité des sept militaires du 5eme RHC de Pau.

Hier soir, devant la mairie, anonymes, anciens combattants, familles, ou habitants de la ville, ilsétaient plus de 600, 800 peut être, venus rendre un dernier hommage à ces soldats.

Je crois que quand un nombre significatif de nos compatriotes qui s'en vont brutalement comme ça, en faisant leur devoir, en défendant la France et l'Europe, c'est la moindre des choses que de saluer leur mémoire, justifie ce monsieur
 

Une dame renchérit

Pour moi c'est quelque chose d'important, d'être là pour leur mémoire, et pour montrer à leur famille et à tous ceux qui travaillent avec eux qu'on est présent et qu'on les soutient. 

Face aux portraits des militaires, toutes les générations sont présentes Chloé, Manon, Léa et Anais sont de jeunes réservistes au 5 ème RHC.
Manon témoigne : 

De voir toutes ces photos comme ça, ça nous montre aussi dans quoi on s'engage, que ça peut être difficile pour nos familles. Le fait de partir, ça peut être difficile pour tout le monde. 

Un hommage poignant partagé aussi par ceux ont connu l'engagement sur le théâtre d'opérations extérieures comme Christian Pianetti, Président du comité d'entente des anciens combattants et victimes de guerre de Pau : 

Pour nous, ce sont des frères d'armes. Pour nous, c'était très, très important d'être là en soutien aux familles, aux proches. 

Une très longue minute de silence est observée. Extrèmement touché, François Bayrou, maire de Pau, clôture la cérémonie qu'il a menée.

Leurs familles, leurs épouses, leurs enfants, leurs parents étaient là. Et j'ai été très ému un moment qu'ils viennent pour ce momet de forte reconnaissance. 

 

Hommage de la ministre française des Armées


Florence Parly, elle, s'est inclinée ce mercredi au Mali devant les cercueils des 13 militaires tués accidentellement lors d'une opération antijihadiste, alors que les questions affluent sur les limites de l'intervention française au Sahel. Elle s'est recueillie dans l'enceinte de la chapelle ardente où les 13 corps ont été réunis sur la base de Gao, avant leur rapatriement vers la France, et a rencontré leurs frères d'armes, a indiqué le ministère des Armées dans un communiqué. 
 La ministre a redit "à cette occasion aux militaires qui se battent contre le
terrorisme au Sahel la douleur, la reconnaissance et la détermination de la Nation
", a ajouté le ministère. La cérémonie, dédiée aux soldats, était fermée à la presse.
 
Florence Parly était accompagnée du chef d'état-major des armées, le général François Lecointre, et du chef d'état-major de l'armée de Terre, le général Thierry Burkhard.

Une cérémonie d'hommage national, présidée par le président Emmanuel Macron, aura également lieu lundi aux Invalides, symbole militaire à Paris, qui accueille depuis le 17e siècle vétérans et blessés de guerre et abrite le tombeau de Napoléon Ier.
 

Sur le même sujet

Les + Lus