Pas de Tafta pour certaines communes du Pays Basque

Une vingtaine de communes du Pays Basque refuse le projet d'accord transatlantique actuellement négocié entre l'Europe et les Etats-Unis. 

Hendaye à l'instar de plusieurs autres communes du Pays Basque ne veut pas du Tafta
Hendaye à l'instar de plusieurs autres communes du Pays Basque ne veut pas du Tafta © France 3 Aquitaine
Hendaye ne veut pas du projet Tafta, le traité transatlantique de libre échange entre les Etats-Unis et l'Europe actuellement en négociations, et le dit haut et fort.

Les dizaines de personnes qui ont posé des panneaux " commune hors Tafta " aux cinq entrées de la ville sont inquiètes des discussions en cours notamment en ce qui concerne les OGM.

Hendaye forte de ses 17 000 habitants est la plus grande ville du Pays Basque à se déclarer hostile au traité Tafta. Vingt autres conseils municipaux ont adopté une motion similaire.

Pour le collectif " Stop Tafta ", alerter les élus est un travail de longue haleine mais nécessaire.

Comme pour appuyer leurs craintes, l'association écologiste Greenpeace a dévoilé le 2 mai des documents confidentiels sur le traité, un traité qui se négocie dans la plus grande discrétion.

Le reportage de René Garat et Christian Etchegaray
durée de la vidéo: 01 min 19
Le Pays basque hors Tafta

Mardi matin chez nos confrères d'Europe 1, le lot-et-garonnais Matthias Fekl, secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur, a déclaré " l'arrêt des négociations sur le traité est l'option la plus probable ", en raison " de l'état d'esprit des Etats-Unis ".
Fekl Europe 1 TAFTA

Un peu plus tard dans la matinée de mardi, François Hollande en clôture d'un colloque sur la gauche au pouvoir, a estimé qu'" à ce stade " des négociations, la France disait " non".




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique économie pays basque