Après Billère, Jurançon a été le théâtre de rixes entre bandes rivales en Béarn

En Béarn, dans la nuit de jeudi à vendredi, de jeunes Billèrois auraient tenter d'intimider une bande rivale de Jurançon. Des rixes qui pourraient être liés aux tirs entendus la nuit précédente à Billère. Deux enquêtes ont été ouvertes.


 
  

© C. Olivari - France 3 Aquitaine

Plusieurs coups de feu auraient été tirés la nuit dernière dans le quartier du Stade à Jurançon.

"Des jeunes issus des communes de Billère et de Jurançon se sont opposés pour une cause qui reste encore indéterminée sur le territoire de Jurançon. Des tensions se sont déjà produites par alternance sur la commune de Billère" explique la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques dans un communiqué de presse.

 

Communiqué de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques

 

Ces "altercations" de la nuit dernière pourraient faire suite aux événements qui se sont déroulés la veille dans la commune de Billère où des rixes ont éclaté, des coups de feu tirés vers 1h30 du matin. 

Le maire de Billère, Jean-Yves Lalanne ne veut pas banaliser l'événement :

C’est totalement désagréable pour les riverains. Ça crée un climat délétère, un climat d’insécurité. Il ne faut pas banaliser. 

Dans la commune, qui compte presque 13 000 habitants, un petit groupe d'individus est connu des forces de police. L'édile béarnais confirme : 

Sur Billère, on a des jeunes identifiés depuis longtemps qui sont potentiellement des petits délinquants qui se livreraient à des petits trafics.  Ça s’était calmé. C'est un petit groupe très réduit. C’est tellement calme qu’ils en rajoutent. Ils veulent faire les matamores. 

Le maire qui fait référence aux violences qui ont éclaté du 12 au 15 juin à Dijon, en Côte d'Or. 

On fait des amalgames. Eux-mêmes font des amalgames. C'est comme pour les voitures brûlées à Strasbourg.   

Jean-Yves Lalanne dit avoir confiance en "la police et la justice très mobilisés" sur ce dossier. 

Le maire de Jurançon est plus critique. Michel Bernos a exprimé sa colère dans le quotidien la République des Pyrénées

Là, on a passé un cap intolérable, c’est un scandale que des individus parfaitement connus ne soient pas hors d’état de nuire à la sérénité du quartier. Une poignée de délinquants empoisonne la vie de nombreuses personnes, les faisant vivre dans un état de stress et de peur.

Deux enquêtes en flagrant délit ont été ouvertes et confiées à la direction départementale de la sécurité publique de Pau.  
 

L'objectif est de rapprocher objectivement les deux faits, d'établir, alors qu'il y a peu de témoins, un lien caractérisé. Il s'agit également d’identifier les auteurs et le motif de ces altercations.

Céline Gensac, la Procureure de Pau

 

Les deux villes, situées dans la banlieue de Pau, sont voisines de 4,5 km. 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
béarn faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter