• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

A Anglet, le cargo espagnol “Luno” éclaté en trois parties

La partie avant du "Luno" stabilisée sur la digue. / © Denis Salles
La partie avant du "Luno" stabilisée sur la digue. / © Denis Salles

Le cargo déjà brisé en deux s'est disloqué en trois morceaux dans la nuit. Le château, où se trouve la cabine est dans l'eau, à quelque 40 mètres de la plage. Le reste de la partie arrière, qui contient l'un des réservoirs aurait sombré. Enfin, l'avant du bateau s'est stabilisé contre la digue. 

Par Hélène Chauwin avec l'AFP

Le département des Pyrénées-Atlantiques avait pourtant été rétrogradé par Météo France en vigila
nce jaune pour les risques de vagues-submersion.

Ecoutez les précisions du Capitaine de Corvette Lionel Delort, Porte-parole Préfecture maritime de l'Atlantique : 
Les précisions du Capitaine de corvette Lionel Delort, Porte-parole Préfecture maritime de l'Atlantique

Parallèlement, vers 2h ce matin, des experts ont pu accéder pendant la nuit, à l'avant du bateau qui s'était échoué sur la plage de La Barre, à proximité. "A priori", aucune fissure au niveau des réservoirs n'a été détectée, a-t-on indiqué à la mairie. Les réservoirs du navire contiennent 127 m3 de mazout, soit l'équivalent de quatre camions-citernes d'essence.

Les onze membres d'équipage, secourus par hélicoptère, et l'armateur espagnol du "Luno", Naviera Murueta, arrivé sur place, étaient entendus ce jeudi matin dans le cadre de l'enquête judiciaire.
En fin de matinée, une réunion sera organisée à la préfecture au cours de laquelle "l'armateur devra présenter son plan de désengagement de la coque", selon la mairie.

Le "Luno", cargo espagnol en service depuis 1994, venait de Bilbao et se rendait à Bayonne. Il s'est brisé en deux mercredi matin sur une digue à Anglet, au Pays basque, alors qu'il tentait d'entrer dans le port basque. L'accident s'est soldé par un bilan moins grave qu'attendu : un seul blessé léger et des risques de pollution massive écartés mercredi soir, même si des craintes demeurent.

Le bateau a été victime d'une "avarie électrique totale" vers 10h10, ce qui l'a sans doute rendu très difficilement manoeuvrable, dans des circonstances rendues dangereuses par les intempéries. Il a ensuite heurté la digue, où il s'est encastré, avant de se briser en deux.

Le ministre de la Mer, Frédéric Cuvillier, a estimé sur place mercredi soir que "les risques de pollution massive" pouvaient être "a priori écartés", notamment parce que le carburant du navire, du gasoil, se dilue facilement. 
L'une des parties du cargo espagnol "Luno" détachée / © Christian Etchegaray
L'une des parties du cargo espagnol "Luno" détachée / © Christian Etchegaray


Sur le même sujet

Soirée de clôture du festival Au Fil du Son à Civray

Les + Lus