• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Biarritz : plage ouverte ou plage fermée ?

© France 3 Aquitaine
© France 3 Aquitaine

La qualité fluctuante des eaux de baignade à Biarritz  est devenue un constante avec laquelle il faut composer ces jours-ci avant d'aller dans l'eau.

Par KJ

L'émissaire qui explose à la Milady, des déversoirs  du Port Vieux qui rejettent à plusieurs reprises les eaux de pluie mêlées aux égouts dans l’océan, l’Adour qui déverse boue et déchets flottants au large : ce ne sont que les dernières péripéties qui ont affecté les plages de Biarritz ces dernières semaines.

L’épisode pluvieux exceptionnel que vient de traverser le Pays basque a montré ainsi les limites du système d’assainissement de la ville mais souligne aussi le retard pris par la région en matière de protection de ses eaux de baignade.

La station d’épuration malgré ses deux bassins de rétention qui totalisent 60 000 m3, a du mal, en période de précipitations prolongées à faire face. La pression devient telle qu’il faut ouvrir les vannes. les eaux pluviales sont alors rejetées directement dans l'océan.

La  surveillance estivale

La réglementation impose des campagnes de prélèvements en période estivale, généralement de mai à septembre au moment où l’afflux touristique est le plus important. Le classement du site (qualité excellente, bonne qualité, qualité suffisante ou mauvaise qualité) s’effectue donc avec un intérêt particulier sur les mois d’été et ne reflète pas la qualité de l’eau sur l’année. 


La pollution bactériologique

Le classement des sites de baignade est réalisé en utilisant les données des concentrations des Escherichia coli et des entérocoques dans l’eau. Ces bactéries sont des marqueurs d’une pollution d’origine fécale et renseignent sur la nécessité de fermer ou non un site à la baignade en fonction de leur concentration pour des raisons sanitaires.

Les prélèvements sont effectués un jour déterminé et les délais d’analyses nécessitent 48 h, soit un résultat sous 2 jours. Les pollutions bactériologiques sont très souvent causées par les fortes pluies (ruissellement, réseaux d’assainissement, etc.) qui drainent les polluants et sont de ce fait « périodiques ». Ainsi, une plage peut être fermée pour cause de pollution 2 jours après l’analyse alors que le jour J+2 les conditions sont de nouveau bonnes.

DMCloud:82145
Pollution des plages





Sur le même sujet

Championnat de France de sauvetage côtier

Les + Lus