Qui est Olentzero, le “père Noël” du Pays Basque ?

À Mungia, près de Bilbao comme partout dans le Pays Basque, on célèbre Olentzero. Mardi 24 décembre, le charbonnier des traditions basques est descendu dans la ville pour distribuer sucreries et messages d'amitié. 

Par Julie Chapman avec Allande Boutin

Olentzero est très ancien et pourtant, sorti du Pays Basque, son nom n'évoque pas grand-chose. Il vient d'une tradition ancestrale qui raconte que ce charbonnier sortait de sa forêt au solstice d'hiver pour distribuer son charbon dans la ville. 

Son visage noir plein de suie, affublé d'un béret basque et d'un manteau en peau de mouton peut, de prime abord, inspirer la crainte. Mais loin de cette idée, Olentzero est un personnage bienfaisant qui amène printemps et amitié. 

"Les mais, jouez ensemble et ne vous bagarrez pas. Si un ami est esseulé, invitez-le à jouer avec vous. Je saurais que les enfants se sont bien comportés et je dirais bravo", a lancé Olentzero à l'ensemble des enfants aquitains.
 
Olentzero, le père Noel du Pays basque
 

300 enfants présents


À Mungia, les enfants ont répondu au rendez-vous, mardi 24 décembre. Ils étaient près de 300 à s'être rassemblés dans le bourg, au passage du charbonnier mythique.

D'autres ont préféré prendre part au cortège, composé de deux chars, se déguisant en petites mains du charbonnier, génies de la forêt ou encore bergers avec leur troupeau de brebis, ânes et mules. 

"On est des petits boeufs sauvages, on vient de la forêt. C'est ce que dit ma mère", explique une enfant.
 

Les Galtza gorri, petits lutins aux pantalons rouges et vestes vertes étaient aussi de la partie, avec leurs joues rougies. Selon la légende, ils seraient, eux aussi, de véritables porte-bonheurs.

Chants traditionnels entonnés par les chorales et danses basques ponctuaient le défilé. Olentzero, pour rendre hommage aux anciens, a également fait un arrêt à l'Ehpad de la ville. 

"Ce que l'on veut c'est que les enfants et parents soient fiers de participer. L'idée c'est que la fête soit participative pour les enfants", explique Edu Irondo, un organisateur de l'événement.

Il s'est ensuite rendu à la mairie, où le maire Izaskun Uriagereke Legarreta , l'a accueilli, comme le veut la tradition, par une poésie chantée de sa composition. 
 
Ces enfants sont déguisés en petits bœufs sauvages, tout droit sortis de la forêt / © France 3 Aquitaine
Ces enfants sont déguisés en petits bœufs sauvages, tout droit sortis de la forêt / © France 3 Aquitaine

 

Annonceur de printemps


Le charbon, comme dans beaucoup de culture représente la chaleur et le renouveau après la torpeur hivernale. Alors, pour le solstice d'hiver qui annonce l'approche du printemps, Olentzero sort de sa forêt, accompagné de sa femme, Mari Domingi, et rejoint le village. 

Selon la légende, Olentzero s'entourait, pour son escapade annuelle, de toutes sortes de créatures mythiques dont les Laminak, des génies de la forêt, aussi beaux – malgré leurs pieds palmés – que malicieux.
 
Les Laminaks sont des génies de la forêt réputés pour leur beauté / © France 3 Aquitaine
Les Laminaks sont des génies de la forêt réputés pour leur beauté / © France 3 Aquitaine

Si la tradition date de temps immémoriaux, elle a été une première fois reprise par l'Église, mettant fin aux croyances anciennes. Olentzero était alors le messager de la naissance du Christ et annonçait donc la fin des dieux et déesses. Elle a ensuite été interdite sous le régime de Franco, avant de faire son retour en 1975, à la fin de la dictature. 

Aujourd'hui encore, les enfants portent des lettres à ce "père Noël" basque, en espérant récolter quelques sucettes en chocolat. Près de 1000 ont été créées cette année, par un artisan de la ville. 

Sur le même sujet

Les + Lus