Rugby : le carton bleu débarque en Top 14 et Pro D2

En janvier 2018, le Clermontois Samuel Ezeala est victime d'une commotion cérébrale après un violent choc avec le Francilien Virimi Vakatawa. Les secouristes interviennent, des bâches empêchent de filmer et photographier la scène. Les commotions se multiplient dans le rugby et la fédération a décidé de protéger davantage ses joueurs. / © LE PARISIEN/MAXPPP
En janvier 2018, le Clermontois Samuel Ezeala est victime d'une commotion cérébrale après un violent choc avec le Francilien Virimi Vakatawa. Les secouristes interviennent, des bâches empêchent de filmer et photographier la scène. Les commotions se multiplient dans le rugby et la fédération a décidé de protéger davantage ses joueurs. / © LE PARISIEN/MAXPPP

Dans un communiqué, la Ligue nationale de rugby (LNR) et la Fédération française de rugby (FFR) ont adopté quatre premières mesures pour protéger davantage la santé des joueurs, et ce dès le début des saisons de Top 14 et de Pro D2 2018/2019. Parmi elles, le carton bleu !

Par Alexandre Muffon Cattin

La problématique de la violence des chocs et des commotions cérébrales ont beaucoup fait parler la saison dernière.

A partir du mois d'août, les deux divisions professionnelles de rugby françaises font évoluer leur législation pour protéger les joueurs.
"La FFR et la LNR ont pris les premiers engagements pour mieux protéger la santé des joueurs professionnels.

Ainsi, les comités directeurs respectifs de la FFR (jeudi 28 juin) et de la LNR (mercredi 4 juillet) ont adopté 4 mesures qui seront appliquées dans les championnats professionnels dès la saison 2018/2019", annonce le communiqué de la Ligue nationale de rugby

 


La mesure la plus symbolique, c'est l'introduction du fameux carton bleu qui était expérimenté cette saison dans les championnats de Fédérale 1 et Top 8 : "l’arbitre pourra signaler tout signe évident de commotion cérébrale par un carton bleu, lequel a pour effet d’entraîner la sortie définitive du joueur."

 

12 remplacements contre 8 auparavant



Les différentes équipes pourront également faire jusqu'à 12 remplacements (contre 8 actuellement). Les joueurs déjà remplacés par choix du coach (raisons tactiques) pourront revenir en jeu pour remplacer un de leur coéquipier blessé. "Cette mesure vise à permettre de mieux gérer pendant les matches les blessures et les risques de blessure." Cette décision expérimentale doit encore être validée par World Rugby, l'organisme international qui gère le rugby à XV. 


Les deux instances françaises (FFR et LNR) vont poursuivre leur réflexion pour introduire d'autres mesures afin de continuer dans la protection de la santé des rugbymen. 
 

Sur le même sujet

Interview de Bruno Belin, président du conseil départemental de la Vienne

Les + Lus