Trop de chatons : la SPA de Tulle invite les propriétaires à être plus responsables

Tous les ans c'est la même choses, tous les refuges de France débordent de chatons. Mais cette année à Tulle on bat tous les records.  La responsable du refuge appelle les propriétaires à plus de responsabilités.

© Laurent Du rusquec
Des noirs, des roux, des tigrés, depuis la sortie du confinement le nombre de chatons déposés à la SPA de Chameyrat a été multiplié par trois.

Chaque années les refuges du Limousin débordent de chatons. En cause, les trop nombreux chats et chattes non stérilisés qui se reproduisent à vitesse grand V. Cette année est pire que les précédentes, le confinement a semble t-il retardé la castration ou la stérilisation de certains minets et c'est la catastrophe.

Le problème c'est que ces bébés chats si mignons soient-ils ne trouvent pas une famille aussi facilement qu'on pourrait le penser. Alors ils sont trop nombreux en refuge. Très fragiles, c'est leur faire prendre un risque que de les cumuler ainsi. Les chatons empiettent en plus très lourdement sur le budget des associations qui fonctionnent uniquement grâce aux dons des particuliers.

Alors pour Agnes Bassinet, responsable de la SPA de Chameyrat à Tulle, l'unique solution c'est que les propriétaires de chats se responsabilisent. Ils doivent absolument faire stériliser leur compagnon : "Il vaut mieux n'avoir qu'un ou deux chats mais être capable de les assumer financièrement. Il faut prévoir un budget vétérinaire pour son animal. Quand on prend un chat il faut savoir qu'il y aura une castration ou une stérilisation. C'est un acte extrêmement important. Au delà du problème des chatons, il faut savoir que les animaux non stérilisés développent plus de maladies que les autres. A partir de 5 ou 6 mois c'est l'idéal. Et la vie de votre chat sera bien meilleure ça c'est certains."
 

Il vaut mieux n'avoir qu'un ou deux chats mais être capable de les assumer financièrement.

Agnès Bassinet, responsable SPA de Chameyrat, Tulle


Contrairement aux idées reçues, la chatte ne ressentira pas la stérilisation comme une mutilation et n'a pas besoin d'avoir des petits pour être heureuse et équilibrée, ça c'est de l'antropomorphisme, rien de plus. Au contraire, une femelle non stérilisée peut développer des troubles du comportement (irritabilité, comportement distant, obsessions) ainsi que des troubles hormonaux pouvant provoquer des tumeurs ovariennes, utérines et mammaires. 

Idem pour un mâle, stérilisé il se bat moins, moins de risques de blessures (parfois graves) et moins de risques d'être affecté par des maladies comme le FIV ou la leucose qui peuvent être mortelles.

Stériliser son chat c'est donc lui offrir une vie plus douce, plus longue et c'est bien entendu un acte responsable.

Les SPA sont nombreuses à proposer dès le mois d'octobre des campagnes de stérilisation qui permettent aux propriétaires de faire stériliser leur animal à un coût moindre. Renseignez vous auprès de la SPA de votre département ou tout simplement auprès du vétérinaire le plus proche.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature société