Les Ultramarines iront à Marseille malgré l'arrêté ministériel

Un match agité dimanche 19 novembre entre les Girondins et l'OM. / © Nicolas Morin
Un match agité dimanche 19 novembre entre les Girondins et l'OM. / © Nicolas Morin

Ils l'ont annoncé sur les réseaux sociaux : les Ultramarines braveront l'arrêté ministériel. Ils seront au Vélodrome dimanche pour la rencontre Marseille-Bordeaux. 

Par HC avec l'AFP

Dans un tweet posté ce mercredi,  ils considèrent que "les enjeux sont humains et financiers et qu'il est trop tard pour annuler ". Ils annoncent donc maintenir leur déplacement


Un arrêté de la préfecture de police, en date du 6 février, a été publié jeudi. Soit huit jours plus tard. Laurent Perpigna, l'un des porte-paroles du groupe de supporters avait le premier exprimé sa colère :

 
Un autre porte-parole du groupe, Florian Brunet, regrette un "mépris pour le peuple du foot se soulevant contre des décisions liberticides" : 



Dimanche tous les supporter de Bordeaux, pas seulement les Ultramarines, seront interdits de stade.  Un arrêté de la préfecture des Bouches-du-Rhône complète l'arrêté ministériel et stipule qu'il sera "interdit à toute personne se prévalant de la qualité de supporter de Bordeaux ou se comportant comme tel d'accéder au stade Orange Vélodrome de Marseille et de circuler ou de stationner sur la voie publique
dans les limites de la commune de Marseille
" dimanche.

Sur place, la préfecture de police "mettra en place un dispositif de sécurité adapté, comme pour tous les matches, tenant compte par exemple des éventuels antagonismes entre supporters", a-t-elle précisé .

- "Liberticides"


Pour les Ultras, ces interdictions de déplacements "n'ont pas de sens. Ce sont des mesures arbitraires, discriminatoires et liberticides. (...) La mort des groupes Ultras en France, c'est la mort des stades". Ils préfèrent choisir "le camp de la désobéissance civile".



La commission de discipline de la LFP (Ligue professionnelle de football) a infligé aux Girondins une fermeture pour trois matches, dont un avec sursis, de "l'espace visiteur pour ses rencontres disputées à l'extérieur" alors qu'une banderole déployée par ses supporters avait pris feu à Troyes le 13 janvier à cause d'un fumigène.

Prise le 8 février, cette sanction a déjà été purgée lors des déplacements à Nantes et Strasbourg dans le cadre de mesures conservatoires prises par la Ligue mi-janvier.


Mais le 3 février, quarante-sept supporters des Girondins interdits de déplacement par arrêté préfectoral du Bas-Rhin, avaient été interpellés après avoir fait leur apparition dans les tribunes de La Meinau à Strasbourg et
placés en garde en vue pendant près de vingt heures. 

Dimanche, le match comptant pour la 26e journée de Ligue 1 aura lieu dimanche à 21h. 

Sur le même sujet

Une formation Google à l'université de La Rochelle

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés