Un Charentais-Maritime conteste en justice son assignation à résidence

Publié le Mis à jour le
Écrit par E. Gerard / M. Mercier

L'homme, qui réside à la Rochelle, est notamment suspecté d'apologie du djihad. Il a été assigné à résidence au surlendemain des attentats à Paris. Le tribunal administratif de Poitiers a mis son jugement en délibéré au 23 décembre. 

Il se prénomme Geoffrey mais depuis qu'il s'est converti à l'Islam, il se fait appeler Abdallah. Il n'était pas présent ce matin au tribunal administratif de Poitiers lors de l'audience qui devait examiner sa requête; l'une des toutes premières du genre en France. 

Assigné à résidence dès le 15 novembre, ce Rochelais, obligé depuis de pointer quatre fois par jour au commissariat de police, demande à la justice d'annuler cette mesure prise dans le cadre de l'état d'urgence suite aux attentats qui ont frappé la capitale. 

C'est ce que le ministère de l'Intérieur connaît de ses activités qui justifie cette assignation. Connu des services de police depuis janvier 2015, il est suspecté d'apologie du djihad et d'entretenir des relations avec la mouvance radicale. Il aurait également fait des voyages réguliers en Belgique et opéré de multiples transferts d'argent entre la Rochelle et Tanger au Maroc. 

Le tribunal rendra son jugement le 23 décembre prochain. Mais il est à noter que même si la requête de cet homme aboutit, cela ne devrait pas modifier sa situation. Deux arrêtés ont en effet été pris à son encontre à dix jours d'intervalle. Or, il ne conteste que le premier.