A l'école avec le lauréat du prix Renaudot des benjamins

Publié le Mis à jour le

Les 300 élèves des 13 classes du Pays Loudunais ont attribué cette année le Prix Renaudot des Benjamins à Christophe Lambert pour son livre Calamity - Une enfance de Martha Jane Cannary paru aux éditions Bayard Jeunesse. L'auteur était en visite dans l'une de ces classes ce vendredi.

Appliqués et surexcités, les 29 élèves de la classe de CE2 CM1 CM2 d'Angliers ont très soigneusement préparé leur rencontre avec l'auteur de leur livre préféré : Calamity - Une enfance de Martha Jane Cannary. Ils ont écrit leurs questions, et réalisé de grandes et belles affiches.

C'est la première fois que cette petite école rurale de trois classes participe au Prix Renaudot des Benjamins. Une aventure destinée à ouvrir l'appétit des jeunes lecteurs, qui les a conduit à lire les cinq ouvrages de la sélection avant de voter. 

Une belle aventure, pas toujours facile : "Tous les enfants n’ont pas le bagage lexical pour comprendre les textes. Il y a des enfants qui ont encore de grosses difficultés de lecture, c’est très hétérogène, certains ont lu des livres en quinze jours quand d’autres ont mis un mois, un mois et demi " raconte leur enseignante Laurine Renoux.

Un métier solitaire

Rodé à l'exercice de la rencontre avec ses jeunes lecteurs, Christophe Lambert leur a apporté les cahiers à spirale sur lesquels il écrivait des histoires quand il était adolescent, différents exemplaires de ses ouvrages, illustrés ou non, et le scénario dont il s’est inspiré  pour écrire l'histoire de Calamity.

Des supports bienvenus pour éclairer ces petits curieux sur la réalité du métier d'écrivain.

"Ecrivain c’est un métier très solitaire, tu es beaucoup tout seul chez toi avec ton chat sur les genoux" raconte l'auteur. "L'avantage, c'est que tu t’organises comme tu veux Moi je me lève tôt, j’écris le matin, je mange je fais la sieste et l’après-midi je relis, je corrige. Le travail de création c’est plutôt le matin. Mais chaque auteur a son rythme, il y en a qui aime écrire la nuit, d’autres qui se fixent un nombre de page par jour ... Le plus compliqué c’est de tenir la distance, de rester motivé pour s’y mettre tous les jours, de garder l’enthousiasme."

Ecrire pour moi c’est une manière de continuer à jouer, de rester dans l’enfance.

Christophe Lambert, auteur

"Quand tu joues au Playmobil tu fais les dialogues, tu te racontes des histoires. Ecrire c’est un peu comme si je continuais à jouer au Playmobil. Je fais ça depuis 25 ans !"

Lire, échanger, partager

"Chaque soir je lis au moins trois page d’un livre" raconte Yanis, "Moi je lis tout le temps, des fois c’est imaginaire, des fois c’est un peu vrai c’est captivant" continue Cyrielle, et pour Romane : "Quand tu lis t’es concentré dedans et tu ne penses plus à rien".

Plutôt lecteurs de mangas et de bandes dessinées, Yanis, Wilson, Cyrielle et Romane ont lu les cinq romans de la sélection et sont tous d'accord sur un point : leur préféré, c'est Calamity. "C'est celui où il y avait le plus d’action, le plus d’aventure" dit Cyrielle."Calamity c’est une fille, elle a ses goûts, elle a ses choix" poursuit Romane. Et Wilson précise :" Elle l’a dit que sa jupe ça la dérangeait quand elle montait cheval, la liberté on appelle ça".

Manifestement la majorité des 300 jeunes lecteurs participants ont partagé leur avis puisque c'est bien Christophe Lambert qui a reçu ce 13 mai le prix Renaudot des benjamins 2022.