Les élus de la Vienne se mobilisent pour sauver le rectorat de Poitiers

Environ 460 personnes travaillent au rectorat de Poitiers dans des bâtiments inaugurés en 2012. / © France 3
Environ 460 personnes travaillent au rectorat de Poitiers dans des bâtiments inaugurés en 2012. / © France 3

En 2020, la Nouvelle-Aquitaine n'aura plus qu'un seul rectorat académique. On pensait qu'il serait installé à Bordeaux mais Alain Rousset, le président de région, annonce qu'il soutient la candidature de Limoges. Les politiques de la Vienne se mobilisent pour mettre en avant les atouts de Poitiers.

Par C. H.

Le siège du rectorat de l'académie régionale sera-t-il finalement installé à Limoges ? C'est l"hypothèse soutenue par Alain Rousset qui explique ce choix par le besoin de désenclavement et de reconnaissance du Limousin et de la ville de Limoges. Cette prise de position du président de la région Nouvelle-Aquitaine surprend alors qu'il semblait quasiment acquis que le choix allait se porter sur Bordeaux. 

Alain Rousset, en visite hier à Niort a déclaré que pour lui, son premier souhait c'est "qu'il reste trois rectorats".

"Mais s’il y a un seul rectorat, normalement il serait à Bordeaux. Moi, je souhaite le donner à Limoges. Pas seulement à cause des gilets jaunes, mais parce que nous devons donner un signe à des territoires qui ont perdu leur rôle de capitale régionale et qui se sentent enclavés, abandonnés ou en situation de déprise" déclare-t-il avant d'ajouter : "J'espère que tout le monde aura à cœur cet élément de solidarité".

Alain Rousset choisit Limoges pour le futur rectorat
Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine


Les élus locaux unis et mobilisés

Un appel à la solidarité territoriale qui aura du mal à passer en Poitou alors que Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education affirmait encore en 2017 le rôle de capitale de l'Education Nationale dévolu à Poitiers.
De nombreuses institutions dépendant de l'Education Nationale sont implantées à Poitiers de façon historique ou plus récemment. C'est le cas de l’ESENESR, l’École Supérieure de l'Éducation Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, du CNED, le centre d'enseignement à distance, et du réseau Canopé, l'ancien Centre national de documentation pédagogique (CNDP).

Forts de ces arguments et de l'image de la ville de Poitiers comme place forte de l'éducation, les élus locaux ont décidé de monter au créneau.
Alain Claeys, le maire PS de Poitiers, Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre et ancien sénateur de la Vienne ainsi que les deux députés LREM de la circonscription, Sacha Houlié et Jacques Savatier ont demandé une rencontre en urgence au ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer avant toute prise de décision.
Parallèlement, une quarantaine d'élus locaux, sans distinction politique, ont signé une pétition pour s'opposer à la disparition du rectorat de Poitiers. "Que serait une capitale de l'éducation sans rectorat ?" s'interrogent-ils.


Décision d'ici la fin de l'année

Le sort du rectorat de Poitiers, qui emploie environ 460 personnes, est aujourd'hui entre les mains de Jean-Michel Blanquer. Le ministre de l'Education Nationale doit annoncer sa décision d'ici la fin du mois de décembre. Les trois rectorats vont-ils être maintenus avec des attributions spécifiques à chacun ? La Nouvelle-Aquitaine ne comptera-t-elle plus qu'un seul rectorat et dans ce cas où son siège sera-t-il situé ? A l'heure actuelle, il semble impossible de répondre à ces questions.

Plus d'informations avec le reportage d'Anhony Halpern, Emilie Denis et Jennifer Russeil :
Où sera installé le futur rectorat en Nouvelle-Aquitaine ?
Reportage d'Anthony Halpern, Emilie Denis et Jennifer Russeil Intervenants : Alain Rouset, président de la région Nouvelle-Aquitaine et Henri Colin, vice-président du conseil départemental de la Vienne

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview de Bruno Belin, président du conseil départemental de la Vienne

Les + Lus