La "nouvelle" tradition des vœux en vidéo des élus locaux

Publié le

La tendance existait déjà avant, la pandémie l'a, de fait, ancrée encore un peu plus. Privés des vœux protocolaires, moment de convivialité avec les habitants, les mairies de notre région publient des discours ou des clips vidéos. Tour d'horizon.

La directive est venue du gouvernement dès le mois de décembre : face à la menace de la vague Omicron, préfets et élus étaient invités à renoncer à toutes les cérémonies de vœux. 

Les mots du maire 2.0

Partant de là, les petits fours et les bulles, c'est fini. Place au distanciel, les vœux arriveront par écrit dans vos boîtes aux lettres, le plus souvent insérés dans les bulletins municipaux habituels. Ou autre alternative, plus moderne, plus chère aussi parfois : par la publication de vidéos sur internet.

Pour ces mots du maire, version numérique, plusieurs formules cohabitent.

Le discours face caméra

C'est LA grande constante - ce qui varie, c'est surtout la durée de présence à l'image du premier magistrat. Elle permet de rester dans le symbole de l'adresse directe aux habitants.

Premier exemple, la ville de La Rochelle, qui dès l'après-midi du 31 décembre, a mis en ligne les vœux du maire, enregistrés depuis l’« historique » bureau de Jean Guitton. Durant 5 minutes 25 secondes, avec quelques notes à l'appui mais sans aucune image d'accompagnement, Jean-François Fountaine, livre son bilan de l'année écoulée, n'oubliant pas les réussites sportives, ainsi que quelques projets et souhaits à venir.

La communication de l'agglomération de La Rochelle dispose d'un service vidéo, qui emploie trois personnes, permettant une fabrication en interne réactive. Ce n'est pas l'exercice préféré du maire, mais il s'y prête assez fréquemment.

Autre vidéo longue, celle de Jaunay-Marigny dans la Vienne. Six minutes ouvertes elle aussi par un Jérôme Neveux face caméra. Cette réalisation propose à l'inverse moins de paroles et plus d'images, en musique. Mais le fond reste le même : bilan de 2021, avec une année "très animée de la commune", en dépit de la pandémie. Les projets seront détaillés un peu plus tard, dans une seconde vidéo.

Là encore, fabrication en interne, par l'un des adjoints.

Dans un style plus bref, mais aussi plus léché, notons les vidéos publiées par agglomération et ville d'Angoulême. Xavier Bonnefont s'adresse à ses administrés dans deux formats différents d'une minute trente chacun. Point commun majeur entre les deux : le recours à de nombreuses images aériennes d'Angoulême et ses environs bucoliques pour mettre en valeur la qualité de vie. Cette fois, à la signature, une agence de communication...

De son coté, le maire de Niort se contente, pour l'instant peut-être, d'une photo du Donjon et des Halles pour partager ses vœux aux habitants.

Les habitants à l'honneur

Deux vidéos se démarquent par leur style. Elles émanent de deux collectivités de même ligne politique, celles de Poitiers et de Migné-Auxances (commune de la présidente de Grand Poitiers). Dans l'une et l'autre, une plus grande place est faite aux habitants.

Pour celle de Migné-Auxances, la maire Florence Jardin, est néanmoins présente en paroles et dans les images. Le conseil municipal des jeunes a été invité à participer à cette vidéo.

Parmi les paroles fortes de cette production, la phrase "Migné-Auxances, une ville belle !" revient, comme un refrain, à de multiples reprises. Forme de réponse à la récompense, et mauvaise publicité, de "ville moche" décernée en octobre dernier par l'association Paysages de France qui épingle les municipalités où les affiches sont trop envahissantes.

A l'inverse, Léonore Moncond'huy est totalement absente des vœux de Poitiers. Un choix original et assumé, à contre-courant des tendances observées ailleurs. Ce qui n'empêche pas d'orienter le propos à travers les questions posées, ici sur la jeunesse, l'avenir de la planète...

Une fabrication réalisée en interne par le service communication de la ville.

La plupart de ces vidéos sont sous-titrées, les rendant accessibles aux sourds et malentendants.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité