Cet article date de plus de 5 ans

Poitiers : les fondations d'une tour antique découvertes en centre-ville

Les fondations d'une tour romaine datant du IVe siècle après J.C. ont été mises au jour par des ouvriers qui refont le réseau de canalisations, rue de l'Université à Poitiers. "Une découverte exceptionnelle" pour les archéologues de l'Institut national de recherches archéologiques préventives.
Quelques blocs de pierre disposés en arc de cercle. Ces simples constations suffisent aux archéologues pour reconstituer le schéma de construction de la tour antique qui a été dressée là en 300 après JC.
Quelques blocs de pierre disposés en arc de cercle. Ces simples constations suffisent aux archéologues pour reconstituer le schéma de construction de la tour antique qui a été dressée là en 300 après JC. © France TV
Immédiatement alerté par l'entreprise de travaux publics Capillon qui rénove les canalisations dans la rue l'Université à Poitiers, l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) a dépéché un de ses archéologues pour effectuer les relevés, ce lundi matin.

Au fond de la tranchée creusée par les ouvriers, on distingue trois blocs de calcaires qui dessinent une légères courbes avant de s'enfoncer sous la chaussée. Un simple coup d'œil suffit à Frédéric Gerber pour deviner la nature de ces ruines : "Il s'agit d'une tour de défense construite vers 300 après J-C. le long du rempart antique", affirme cet ingénieur de recherche à l'Inrap.
Ces blocs de calcaires au premier plan sont les fondations de la tour, enfouies à 1m50 de profondeur.
Ces blocs de calcaires au premier plan sont les fondations de la tour, enfouies à 1m50 de profondeur. © France TV
Ce rempart, dont on connaît peu ou prou le tracé, traversait l'actuel centre-ville. Après l'édification d'une autre muraille au XIIe siècle en contrebas, les fortifications romaines ont perdu toute utilité. Cernés par les maisons qui poussent partout dans le bourg, les murs de calcaires sont peu à peu percés par les habitants.

"Nous nous doutions qu'il y avait une tour dans les alentours car nous connaissions l'existence de deux autres tours non loin de là, détaille-t-il. L'une se situe en dessous de la médiathèque et l'autre rue des Flageolles."

Sans être surprenante, cette découverte n'en reste pas moins "exceptionnelle", estime l'archéologue. "C'est seulement la deuxième fois que nous retrouvons des vestiges aussi bien conservés. Ils vont nous permettre de réfuter les travaux d'archéologues du XIXe siècle."

Les relevés que nous avons réalisés vont nous permettre de reconstituer en 3D les tours de défenses qui entouraient la ville antique."

Sitôt découvertes, sitôt recouvertes. Les travaux ont repris vers 14 heures au numéro 4 de la rue de l'Université, quatre heures à peine après la mise au jour de ces bribes de l'Histoire poitevine.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archéologie histoire sorties et loisirs culture patrimoine