Poitiers : un nouveau gestionnaire désigné avec l'objectif de développer l'aéroport

© Thomas Chapuzot/ France Télévisions
© Thomas Chapuzot/ France Télévisions

Après Vinci qui gérait l'aéroport de Poitiers depuis 2013, c'est au tour de l'entreprise SEALAR de prendre les commandes de l'aéroport poitevin. Elle a été désignée cet après-midi par les élus du département de la Vienne et de Grand Poitiers.

Par Christine Hinckel

Le choix de l'entreprise SEALAR, constituée par le groupement INSFO, CCIMP Infrastructures et TPFi, gestionnaires des aéroports de Brest, Morlaix et Quimper et actionnaires de l’aéroport de Marseille, a été fait à une très grande majorité au sein Comité syndical du Syndicat Mixte (SMAPB) avec 12 voix sur 14. Un contrat d'exploitation de 12 ans a été signé avec comme objectif de relancer l'activité de l'aéroport et de réaliser les investissements nécessaires à ce développement comme la création d'une nouvelle piste d'atterrissage. Le but est de passer à 189.800 passagers en 2031 alors qu'il est de moins de 120.000 actuellement.

Le Comité syndical du Syndicat Mixte (SMAPB) se réunissait aujourd'hui pour trouver un successeur au groupe Vinci qui assurait la gestion de l'aéroport de Poitiers depuis 2013. Après l'annonce du retrait progressif de la Chambre de Commerce et d'Industrie, l'aéroport est désormais sous la responsabilité et financé par le département de la Vienne qui devient nettement majoritaire et Grand Poitiers.

Au début du mois d'octobre, la communauté urbaine de Poitiers a annoncé qu'elle ne souhaitait plus financer les lignes low cost, à l'exception de la ligne La Rochelle-Poitiers-Lyon, qui profite de son statut d'obligation de service public. Cette décision vise les lignes assurées par la compagnie Ryanair et a été actée cet après-midi.

Vinci n'était pas candidat à la reprise après avoir géré l'aéroport de Poitiers sans jamais atteindre l'objectif fixé à 170.000 passagers par an. Le trafic de l'aéroport poitevin approchait les 120.00 passagers en 2018, un chiffre tout de même en hausse de 1,8% par rapport à 2017.
Pour Bruno Belin, le président du conseil départemental de la Vienne, la décision prise aujourd'hui assure "l'avenir de l'aéroport", un temps menacé notamment après la décision de la région Nouvelle-Aquitaine de ne pas participer à son financement. 

On vient d'assurer l'avenir de l'aéroport de Poitiers. Depuis longtemps, on savait son utilité incontestable. Il fallait une détermination politique...c'est évidemment une grande satisfaction pour nous, à la fois du choix du nouvel exploitant et des nouveaux statuts qui vont clarifier le fonctionnement de l'aéroport.
Bruno Belin, président du conseil départemental de la Vienne

Interview de Bruno Belin, président du conseil départemental de la Vienne
Un nouveau gestionnaire a été choisi pour l'aéroport de Poitiers.

En septembre, la compagnie Chalair a été choisie pour assurer la ligne de délégation de service public la Rochelle-Poitiers-Lyon, très prisée par les entreprises régionales.
L'aéroport représente une centaine d'emplois directs et un peu plus de 670 emplois indirects. 
Les partis et organisations de gauche et écologistes avaient appelé à un rassemblement à 15h30 devant l'hôtel du département à Poitiers pour protester contre l'importance des sommes d'argent public allouées à l'aéroport au détriment d'autres moyens de communication moins polluants.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Changement d'heure

Les + Lus