Pourquoi les centres de vaccination ferment ou ouvrent ?

Publié le Mis à jour le

Fermetures dans la Vienne, ouvertures en Charente Maritime... Les politiques menées semblent variables d'un territoire à l'autre. Eléments de réponse.

Fin de partie pour le centre de Buxerolles près de Poitiers dans une semaine. Même destin dans un mois pour celui de Montmorillon.

Sur le site santé.fr, dans la Vienne, 10 centres de santé apparaissent dans la liste des lieux possibles pour se faire vacciner, mais dans la pratique, ce n’est plus vraiment ça.

Sur ces 10 centres, un seul dispose de créneaux de RV disponibles. C’est ce vendredi matin à Civray.

 

Et dans les autres départements de Poitou-Charentes ?

Les fortunes sont diverses mais la tendance est relativement la même.

Dans les Deux-Sèvres, quatorze centres de vaccination sont listés, huit fonctionnent.

En Charente, quatorze centres, mais seulement cinq proposant des RV. C'est un sur trois…

En Charente Maritime, sur dix-huit centres, la moitié semblent actifs, avec des créneaux de RV possibles. C’est là qu’il y a le plus de disponibilités cette semaine…

C’est aussi le département où la couverture vaccinale de la population est la meilleure. Pour mémoire, la Vienne est dernière du peloton avec moins de 80% de premières doses…

 

Vers la fermetures de ces centres

La consigne vient d’en haut : l’agence régionale de santé (ARS) explique que la trajectoire de vaccination s’oriente désormais vers les professionnels de santé de proximité. 

Ce changement de politique est possible depuis la simplification du stockage du vaccin Pfizer. Après plusieurs mois de tests, il a été prouvé que sa conservation est possible durant un mois, à 5°C, dans un simple frigo, au lieu des "supers" congélateurs à -70°C.

Il peut donc être injecté par votre médecin traitant, infirmier ou pharmacien habituel, ils sont listés sur le site santé.fr. C'est à eux qu'il convient de s'adresser en priorité pour la vaccination contre la Covid-19.

La période actuelle est considérée comme une période de transition où la demande de rendez-vous se révèle plutôt forte. Certains centres conservent des possibilités de rendez-vous. Ailleurs, des collectivités manifestent leur souhait de récupérer leurs salles.

Pour l’immense majorité, les calendriers accessibles s’arrêtent pour l’instant fin décembre, parfois bien plus tôt.

Suivant la tournure de la pandémie, les centres de vaccination pourraient aussi être réactivés.