Cet article date de plus de 3 ans

Poitiers : vivre sa sexualité en maison de retraite, au-delà des tabous

Comment vivre sa sexualité en maison de retraite. La question a été longtemps taboue et elle est encore souvent délicate à aborder. Mais aujourd'hui, le personnel des Ehpad est généralement formé et depuis une loi de 2002, il est contraint de respecter l'intimité des personnes âgées. 
© Maxppp
Après 80 ans, les sens sont encore en éveil mais les relations intimes sont différentes, parfois moins physiques mais pas toujours. En revanche, elles sont souvent cachées et veulent rester discrètes. Des études établissent qu'environ 10% des pensionnaires de maisons de retraite sont toujours actifs sexuellement. 

"La vie continue également en maison de retraite, la vie avec les envies, les besoins, le désir, c'est partie intégrante de la vie des personnes âgées" constate Brigitte Verdoni, directrice de l'Ehpad des Feuillants à Poitiers.


Dans de nombreux établissements, les consignes pour le respect de l'intimité sont bien respectées. Au premier rang, celle de toujours frapper et d'attendre la réponse avant d'entrer dans une chambre. En dehors des couples mariés, des relations naissent au sein même de la maison de retraite, les responsables s'assurent alors que les deux personnes sont bien consentantes car l'apparition de certains troubles cognitifs peuvent influer sur les comportements. Les psychologues qui interviennent dans les établissements sont souvent les interlocuteurs privilégiés des personnes âgées vivants une nouvelle histoire d'amour, parfois même cachée au famille.

Voyez le reportage réalisé par Florent Loiseau, Laurent Gautier et Philippe Ritaine à l'Ephad des Feuillants à Poitiers :

sexualité dans maisons de retraite

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sexualité société personnes âgées