Cet article date de plus de 8 ans

TER : 13eme lundi de grève en Midi-Pyrénées... et il y aura un 14eme sans l'UNSA

La direction de la SNCF en Midi-Pyrénées fait face à une grève des conducteurs de train le lundi depuis le 26 novembre. Le trafic est normal à 70% avec des cars de substitution. Le préavis a été reconduit pour lundi prochain sans le syndicat UNSA.
Encore un peu de patience pour les usagers
Encore un peu de patience pour les usagers
Seul Sud-Rail soutient donc encore cette action, a-t-on appris de source syndicale.

La CGT avait appelé dès le 14 janvier à la reprise du travail, estimant avoir obtenu des avancées sur l'emploi et les conditions de travail. Les conducteurs de Tarbes et Capdenac (Aveyron) avaient tous interrompu la grève mais, depuis, le centre de Toulouse a régulièrement voté la reconduction du mouvement.

"L'Unsa a obtenu un engagement écrit de la direction nationale, satisfaisant nos revendications en matière de lieux de repos et nous avons donc appelé à la reprise du travail", a indiqué son délégué, Frédéric Jeanne.

L'AG, avec le soutien de Sud et d'un comité de grève formé pendant le conflit, a voté la reconduction du mouvement, par 24 voix contre 10 et 6 abstentions. A l'Unsa, on estime que 32% des conducteurs de Toulouse sont grévistes, contre 70% environ il y a un mois lorsque le mouvement était soutenu par les trois syndicats.

Depuis le 14 janvier "le nombre de TER en circulation augmente chaque lundi", indique la direction régionale. A la fin janvier la SNCF avait réussi à mettre en service 200 trains sur 360, plus une centaine de cars de substitution. Les 4 et 11 février elle a porté ce nombre à 230 avec aussi un complément d'une centaine de cars. 

Le service reste toutefois disparate selon les destinations. Les lignes les plus touchées, où le service ne sera assuré qu'à 60% sont les liaisons entre Toulouse et Castres, Latour de Carol, Agen, Brive et Carcassonne.

Comme les autres lundis, le trafic TGV est assuré normalement, ainsi que les trains Intercités et les trains de nuit.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf transports en commun