Manizales : El Juli domine Morante dans le mano a mano final

Devant des arènes combles et face à des toros médiocres d’Ernesto Gutiérrez, la technique implacable d’El Juli a pris le pas sur l’esthétique hésitante de Morante. 

Le mano a mano a été dominé par El Juli.
Le mano a mano a été dominé par El Juli. © Julián Velasco

Manizales (Caldas, Colombie)
Samedi 11 janvier,  dernière corrida de la feria
Toros d'Ernesto Gutiérrez.

El Juli : deux oreilles, une oreille et ovation
Morante de la Puebla : applaudissements (un avis), opinions partagées et une oreille.

À Manizales comme ailleurs, personne ne résiste à la puissance d’El Juli : ni le public, ni les toros.
Ceux d’Ernesto Gutiérrez que le sort lui a attribué n’étaient ni pires ni meilleurs que ceux lidiés par Morante.
Mais le "score" de cette rencontre au sommet entre deux des principales figures espagnoles en terres américaines est sans appel !
El Juli a déployé toute sa panoplie : compas ouvert, toques puissants, muleta ferme. Son premier toro était le meilleur de l’envoi, il lui a coupé les deux oreilles sans coup férir. Il a inventé une faena au second, un animal qui paraissait arrêté mais à qui il a appris « le métier de toro ».

Morante a pu toréer à la véronique ses premier et troisième toros : en quelques lances, il a fait rugir les gradins. Le duel de quites avec El Juli au cinquième (lopecinas pour Juli, verónicas pour Morante) fut le moment le plus intense du mano a mano.
Muleta en main, Morante, gêné en outre par le vent, a passé beaucoup de temps a rechercher le bon sitio et le bon toque. Il a tiré quelques séries méritoires au dernier toro de la corrida (et de la feria) près des barrières où le manso de Gutiérrez avait trouvé refuge.

Arènes pleines.
Le trophée de triomphateur de la feria 2014 a été attribué à Pablo Hermoso de Mendoza.

El Juli à Manizales


Morante à Manizales

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
signes du toro tauromachie