• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Jean-Luc Moudenc se place “dans la lignée des Baudis“ et qualifie Pierre Cohen de ”violent et menteur”

Jean-Luc Moudenc lors du premier tour dimanche dernier / © Pascal Pavani / AFP
Jean-Luc Moudenc lors du premier tour dimanche dernier / © Pascal Pavani / AFP

Le candidat UMP à la mairie de Toulouse a présenté ce mercredi matin à la presse ses "20 mesures pour les 100 premiers jours du mandat". Et fustiger son adversaire socialiste Pierre Cohen, qualifié de "violent" et "menteur". Il se réclame lui de Pierre et Dominique Baudis. 

Par Fabrice Valery

Le candidat UMP finaliste à Toulouse pour les élections municipales s'est réclamé mercredi matin de Pierre et Dominique Baudis et a qualifié son adversaire socialiste Pierre Cohen de "violent et menteur". 

Pour Jean-Luc Moudenc, qui tenait une conférence de presse, les résultats du premier tour sont une cure de "désintoxication" pour les Toulousains. Pour lui, "l'électorat modéré est de retour" après avoir été "intoxiqué" par "une série de neuf sondages qui ont dit aux Toulousains, c'est plié, ce n'est pas la peine d'y aller, Pierre Cohen est réélu d'avance".

Le candidat UMP a aussi fustigé les "accords de dernière minute" entre Pierre Cohen et les écologistes d'Antoine Maurice, "petits arrangements" entre ceux "qui se sont combattus pendant plusieurs années". Pour Jean-Luc Moudenc, la coalition de gauche Cohen-Maurice ne représente que 39 % des voix, faisant remarquer que 5 listes de gauche ou d'extrême-gauche ne donnent pas de consignes de vote. Pour Jean-Luc Moudenc, cet échec de Pierre Cohen à rassembler s'explique "parce que le parti socialiste s'estime propriétaire du Capitole" . Pierre Cohen estime lui que la gauche est majoritaire à Toulouse avec un peu moins de 52 %.

Au passage, Jean-Luc Moudenc et ses colistiers soulignent aussi avoir des relations "très très cordiales" avec l'équipe de Jean-Pierre Plancade (sénateur en congé du PRG) : un clin d'oeil appuyé à ses 2,12 % au premier tour.

Jean-Luc Moudenc fustige donc un maire "violent" sur le plan politique parce qu'il ne respecte pas ses partenaires et "menteur" car il dénigre selon lui les projets de son adversaire UMP notamment en matière de transport et de politique de l'eau. Le candidat UMP souligne la "Hollandisation" du candidat Cohen désormais qualifié de "capitaine de pédalo" : "Un vent de panique s'est engouffré dans les couloirs du Capitole".

Cependant l'ancien maire (2004-2008) qui dit avoir "tourné la page de sa défaite de 2008" nuance son propos sur son adversaire et promet de "garder les acquis positifs du changement de majorité en 2008".

Jean-Luc Moudenc se qualifie lui-même de "maire rassembleur et ouvert" qui se place "dans la lignée des Baudis", une première dans cette campagne. 

Aux électeurs du Front National (8,15 %), Jean-Luc Moudenc dit "nous avons compris vos inquiétudes". Il rappelle ses propositions en matière de sécurité, de propreté, de proximité. "Nous avons des solutions pour faire reculer les problèmes auxquels vous êtes sensibles et qui vous ont amené à voter Front national", a-t-il ajouté.


Avant le second tour, Jean-Luc Moudenc présente déjà "20 mesures pour (ses) 100 premiers jours" au Capitole

Maires de quartiers, audit des finances, lancement du recrutement de policiers municipaux supplémentaires, abandon du BHNS (bus à haut-niveau de service) à l'ouest... Jean-Luc Moudenc a aussi détaillé mercredi matin devant la presse "20 mesures pour les 100 premiers jours du mandat", alors que le second tour des élections municipales à Toulouse se déroule dimanche prochain.

Le candidat UMP qui est arrivé en tête du premier tour dimanche dernier (38,19 %) devant le candidat PS et maire sortant Pierre Cohen (32,26 %) qui a depuis fusionné sa liste avec les écologistes conduits par Antoine Maurice (6,99 %), a indiqué notamment vouloir mettre rapidement en place plusieurs de ses propositions déjà connues notamment :

  • installer 20 maires de quartiers dès le conseil municipal d'installation du 4 avril
  • nommer un chargé de mission spécialiste de la sécurité
  • nommer un élu délégué à lutte contre le bruit.
  • choisir le cabinet d'audit pour expertiser les finances de la ville.
  • abandonner la partie toulousaine du BHNS Ouest (bus à haut-niveau de service).

Mais la plupart de ses annonces de ce mercredi matin concerne le lancement de projets à plus long termes. Dans les "100 premiers jours" de son mandat s'il l'emporte dimanche, le candidat compte "lancer" :

  • lancement du recrutement de nouveaux policiers municipaux
  • lancement des études pour généraliser la vidéoprotection
  • lancement d'un nouveau plan propreté.

A lire aussi

Sur le même sujet

Tour de France : la 16e étape Nîmes-Nîmes

Les + Lus