Cet article date de plus de 7 ans

Le blé, première victime du manque d'eau dans la plaine de l'Hérault

Normalement, à cette saison, l'irrigation est superflue. Cette année le manque d'eau se fait cruellement sentir pour les céréaliers de la plaine de l'Hérault.
En cause, une période dite "de recharge" en eaux de pluie inexistante. Et les nappes phréatiques n'ont pas retrouvé leur niveau normal.

Les céréaliers héraultais observent les nuages ... et les petits boîtiers déposés aux abords de leurs champs pour vérifier le niveau d'humidité. Mais le constat est alarmant dans la plaine de l'Hérault. Même lorsque les parcelles sont irriguées, le déficit en eau se fait sentir. Et le blé peine à pousser.

Il faut dire que jusqu'à maintenant, la pluie de printemps est aussi rare que celle de l'automne dernier. 220 mm sont tombés contre les 450mm relevés habituellement. Et la chaleur a encouragé la pousse végétale. Résultat, les besoins en eau sont encore plus grands.

Rencontre avec un producteur de céréales de Béziers, Yves Sallèles, qui n'est pas sûr de pouvoir moissonner cette année. Quant aux services de l'Etat, ils envisagent déjà d'éventuelles restrictions.
durée de la vidéo: 01 min 48
les conséquences du manque de pluies

 







Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécheresse