• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

La récolte de miel en baisse de 50% à 80% en Languedoc-Roussillon

Sauvian (Hérault) - les ruches ne produisent que peu de miel - 11 mars 2014. / © F3 LR
Sauvian (Hérault) - les ruches ne produisent que peu de miel - 11 mars 2014. / © F3 LR

Les apiculteurs ont enregistré, cette année, une baisse des récoltes de 50 à 80% dans plusieurs régions. L'Union nationale des apiculteurs français lance un cri d'alarme et en appelle à "des aides financières exceptionnelles" pour assurer "la survie de la filière".

Par Fabrice Dubault


Le sud de la France particulièrement touché par la baisse des récoltes

"A l'exception de l'Ouest qui semble quelque peu épargné, dans toutes les régions de France et en particulier dans les grandes régions de production comme Paca, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, les récoltes sont en baisse de 50 à 80%", rapporte l'organisation professionnelle.

"Pire que les années 2012 et 2013 déjà extrêmement difficiles pour les apiculteurs français, la production nationale est cette année la plus faible de notre histoire", indique l'Unaf dans un communiqué.


"Aux intoxications récurrentes qui déciment le cheptel, viennent se surajouter cette année des conditions météorologiques catastrophiques pour les abeilles et l'activité apicole", explique l'Unaf.

Face à cette situation exceptionnelle, l'Unaf estime qu'"il en va de la survie de la filière" et "demande au ministre de l'Agriculture que soit mis en place sans tarder des mesures d'aides financières".
"Les apiculteurs français ne se satisferont en aucune manière de mesurettes dérisoires et insultantes comme en 2013, ni de simples déclarations d'intention", conclut l'Unaf.

La filière apicole française est confrontée depuis plusieurs années à une baisse des récoltes de miel, passées de 32.000 tonnes en 1995 à moins de 15.000 tonnes en 2013 pour un nombre de ruches similaire. Du coup, les importations sont en forte hausse, afin de faire face à la demande hexagonale.
Les colonies d'abeille sont frappées par un taux de mortalité très élevé, lié à l'usage de pesticides, ainsi qu'à la présence de frelons asiatiques, de parasites comme le Varoa et à une moindre diversité de cultures.

A lire aussi

Sur le même sujet

Un rassemblement à Perpignan pour demander

Les + Lus