Le chauffeur de la bétaillère mis en examen après l'accident avec un bus de pèlerins sur l'A64

© Emmanuel Wat / France 3 Midi-Pyrénées
© Emmanuel Wat / France 3 Midi-Pyrénées

Le chauffeur de la bétaillère impliquée dans un accident avec un bus de pèlerins, qui a fait 1 mort et 11 blessés sur l'autoroute A64 samedi matin a été mis en examen pour homicide involontaire.

Par Laurence Boffet avec AFP

Après l'accident qui a fait 1 mort et 11 blessés sur l'autoroute A64, le chauffeur d'un des véhicules impliqués a été mis en examen pour homicide involontaire. Il conduisait la bétaillère heurtée samedi au lever du jour par un bus de pèlerins philippins en partance pour Lourdes.

Le chauffeur de la bétaillère, mis en examen dès samedi après-midi, a été placé sous contrôle judiciaire "avec interdiction de conduire tout véhicule pendant l'instruction", a précisé à l'AFP la procureure de Tarbes Chantal Firmigier-Michel. "Selon les premiers éléments de l'enquête, la bétaillère circulait à une vitesse excessivement faible, en raison selon le conducteur de difficultés mécaniques, et présentait un défaut d'éclairage arrière, quand il a été violemment percuté à l'arrière par le car", a-t-elle ajouté.

Selon la magistrate "des expertises vont être menées pour déterminer précisément la vitesse des deux véhicules au moment de la collision", qui a eu lieu vers 06h30, alors qu'il faisait encore nuit sur le territoire de la commune de Saint-Laurent-de-Neste (Hautes-Pyrénées) dans le sens Toulouse-Bayonne. L'accident avait fait un mort à bord du car de pèlerins, le conducteur remplaçant, et onze blessés dont la vie n'est pas en danger.
Le choc a été "extrêmement violent" au point que sur six ânes et poneys, deux équidés ont été tués sur le coup dans la bétaillère. Le car est resté plusieurs heures arrêté sur la voie de gauche de l'autoroute, pare-brise et côté avant droit défoncés, tandis que la bétaillère était renversée sur le bas côté droit.

Le conducteur de la bétaillère, un habitant de la banlieue toulousaine, se rendait sur une foire des Hautes-Pyrénées pour y proposer aux enfants un tour d'âne ou de poney, a indiqué son avocat Maître Éric Mouton. Il était accompagné de deux membres de son petit manège familial, qui n'ont pas été blessés. L'avocat conteste que son client ait eu un incident mécanique et indique que "son feu arrière droit fonctionnait". Il conteste également le reproche d'une vitesse anormalement lente : "comment fait-on pour mesurer une vitesse anormalement lente ?" interroge-t-il, tout en rappelant que l'article R14-19 du code de la route fixe la vitesse minimum de circulation sur la voie de gauche sur autoroute à 80 Km-heure mais qu'il ne dit rien pour la vitesse limitée sur les autres voies.
Il s'étonne enfin que le conducteur du car n'ait pas vu la bétaillère et rappelle qu'en matière de circulation "on doit être maître de son véhicule, et en général c'est celui qui percute qui est considéré comme responsable".
Maître Mouton dit aujourd'hui "inviter le Parquet" à mettre également en examen le chauffeur du bus de touristes philippins pour défaut de maîtrise de son véhicule. Dans le cas contraire, il indique qu'il déposera une plainte en ce sens au nom de son client.





Sur le même sujet

Les + Lus