• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Projet de loi santé : les médecins libéraux en grève

© MaxPPP
© MaxPPP

Décidément, le projet de loi santé de la ministre Marisol Touraine ne passe pas. Les médecins libéraux sont vent debout contre sa réforme, attentatoire selon eux à leur liberté d'installation, d'exercice et de prescription. Leurs cabinets ferment leurs portes à partir du 23 décembre.

Par Marie Martin

A chaque ministre de la santé son projet de loi du même nom : Marisol Touraine n'échappe pas à la règle...
Seulement cette fois, la ministre de la santé doit faire face à la colère des médecins qui sont vent debout contre sa réforme. Ils dénoncent un projet de loi qui renforce le pouvoir des agences régionales de santé (ARS) et vise, selon eux, à réglementer et administrer la santé.

Parmi les nombreux points de friction, un contrôle renforcé de la prescription des médicaments coûteux (au profit des génériques) et des arrêts maladie : une atteinte à la liberté de prescription, pour les principaux syndicats de médecins libéraux.

De même, l'incitation plus forte à s'installer dans les maisons pluridisciplinaires de santé afin de lutter contre les déserts médicaux est vécue comme une atteinte à la liberté d'installation. Pire, les médecins craignent que ces contraintes supplémentaires ne découragent encore davantage les jeunes médecins à s'installer alors que le taux d'installation est déjà à la baisse depuis plusieurs années.

La généralisation du tiers-payant souhaitée par la ministre constitue également une importante pierre d'achoppement. Le tiers-payant, déjà généralisé chez les pharmaciens, ne concerne que 20 % de la population dans les cabinets médicaux. Cette généralisation vise à lutter contre le renoncement aux soins pour raison financière mais pour les médecins, elle constitue une charge de travail supplémentaire conséquente et engendrera une augmentation du coût et du nombre des consultations.

Enfin sur le volet de la vaccination, que la ministre souhaiterait voir déléguée partiellement aux pharmaciens ou aux sages-femmes, les médecins crient à la restriction de leur périmètre d'exercice.

Pour résumer, les syndicats de médecins (le SML en tête) dénoncent un manque de dialogue et de concertation pour l'élaboration de cette nouvelle loi santé. Devant les critiques du conseil de l'ordre des médecins, de l'Académie de médecine et surtout devant la menace de fermeture des cabinets entre Noël et le Nouvel An, la ministre de la santé a accepté de reporter le passage du texte, initialement prévu début janvier 2015 devant l'assemblée nationale, au printemps prochain. Mais cela n'a pas suffi. Le préavis de grève est maintenu...

Projet de loi santé et grève des médecins

 

Sur le même sujet

Les “gilets jaunes” d’Alès ont de nouveau investi la rocade

Les + Lus