Affaire Chloé : "Elle passait en scooter et je me suis dit : il me faut cette fille"

Kamel Bousselat explique devant la cour d'assises du Gard comment il a repéré sa proie. Chloé 15 ans passe sur son scooter dans Barjac où son agresseur a commis plusieurs vols. Il suit l'adolescente, l'agresse, la menace de mort et la ligote dans sa voiture.

Kamel Bousselat, à son procès aux assises du Gard à Nîmes - 14 juin 2016
Kamel Bousselat, à son procès aux assises du Gard à Nîmes - 14 juin 2016 © Z.S. F3 LR
Au second jour de son procès, Kamel Bousselat l'agresseur de Chloé explque comment il a repéré cette jeune fille qui roulait à scooter et comment il a décidé de l'enlever. Il continue à décrire une pulsion incontrôlable, se demande si il a rêve. la présidente lui rappelle qu'il s'agit bel et bien de la réalité.

"A Barjac je croise un scooter à un carrefour, je cois que c'est une fille qui conduit. ça démarre de là l'histoire en fait. Je la suis sur quelques kilomètres jusqu'à ce que j'arrive à son domicile."explique Bousselat.

Je me suis dit il me faut cette fille. Je l'ai suivie. Je lui ai demandé si ses parents étaient là. Elle m'a répondu que non sans être plus inquiétée que ça.Je me suis approchée d'elle, elle a eu peur.Je l'ai attrappée par le col, je lui ai dit tais-toi ou ça va mal aller.
Je me rappelle plus, je lui ai dit suis-moi ou je vais te tuer, je sais que c'était menaçant.


"J'ai ouvert la porte arrière je l'ai poussée dans la voiture. on a roulé un peu. j'ai pris son téléphone.Je l'ai cassé et jeté.
J'avais peur qu'elle saute de la voiture. Je me suis arrêté et je l'ai ligotée."a poursuivit Bousselat.

Rêve ou réalité ?

J'ai l'impression que c'est pas réel. C'est comme un rêve. C'est pas réel tout ça." lance Bousselat
"Et malheureusement ça l'est", coupe la présidente de la cour d'assises Geneviève Perrin.
"Ce que je veux absolument, c'est qu'il lui arrive rien au niveau de sa vie, poursuit l'accusé. J'ai l'impression que c'est pas réel. C'est comme un rêve. C'est pas réel tout ça." redit Bousselat.

Plus Bousselat avance dans son récit plus il semble ému.

durée de la vidéo: 00 min 24
Nîmes : Bousselat au second jour de son procès aux assises du Gard


"Il y a eu des victimes mais je serai la dernière, je peux vous l'assurer" Chloé


Peu avant la jeune victime Chloé a raconté ses 5 jours enfermée plusieurs heures dans un coffre de voiture.

"Je suis restée une bonne partie de la journée dans le coffre, 5 heures parfois. étant donné que j'étais chlostrophobe, c'était encore plus difficile pour moi. Je sortais du coffre quand on arrivait dans un endroit discret. J'essayais de faire semblant de dormir parce que j'avais peur des abus sexuels.", raconte Chloé.

"J'étais pas effrayée au début. quand il m'a demandé de le suivre, j'ai crié. Puis il m'a dit que si je ne m'arrêtais pas, ça allait mal se passer.", poursuit la jeune fille à la barre.
durée de la vidéo: 00 min 16
Nîmes : Chloé arrive aux assises du Gard au deuxième lour du procès

"J'ai réussi à avoir de la peine pour cet homme là", Chloé explique qu'elle se sent coupable d'avoir eu de la peine pour lui.
"Hier j'ai entendu ses propos, j'ai pu retrouver la haire que j'avais avant. Je me battrai pour qu'il ne sorte pas.", poursuit Chloé.


Suivre l'audience des assises du Gard en temps réel


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire chloé justice société